Materiel Celeste

Forum francophone pour les collectionneurs et créateurs de poupées
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Papa

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
MallowCat

MallowCat

Nombre de messages : 806
Age : 34
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 13/07/2006

Papa Empty
MessageSujet: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 14:29

Voilà, je ne sais pas si c'est le bon endroit, ni le bon moment, je ne sais plus rien d'ailleurs et étant plutôt seule j'ai beaucoup de mal à exprimer mes pensées.

Aujourd'hui, ça fait 3 mois que mon père s'en est allé et bien que la vie ait continué sans encombres, je n'arrive pas à faire mon deuil, peut être parce que je n'ai pas l'occasion d'en parler régulièrement. Parce que pour les autres, c'est fini, on a tourné la page après quelques jours. Peut être aussi parce que je me sens coupable de ne pas l'avoir aimé assez.

Papa, c'était mon cauchemar, ma bête, parce qu'en 21 ans, je n'ai jamais réussi à lui exprimer quoi que ce soit. Adolescente, je n'étais même pas capable de rester dans la même pièce que lui, j'en ai fait la cause de tous mes échecs. Et pourtant, dieu sait qu'il n'a pourtant jamais été violent.

C'était une personne d'une rare intelligence, un colosse, une grande gueule, un vieil anar qui roulait ses clopes à la cow-boy depuis ses 12 ans.

Et sa dernière cigarette, je ne l'ai même pas fumée avec lui, c'est peut être stupide, mais je m'en veux pour ça, je l'ai laissé y aller seul, juste une heure avant son opération, parce que j'apréhendais sa réaction si je le couvais trop. Il n'aimait pas voir pleurer les autres, c'est peut être pour ça que je ne suis pas allée avec lui.

Papa n'avait jamais été malade, malgré une bronchite chronique qu'il traînait depuis 20 ans, il était dans une grande forme. Pourtant, du plus loin que je me souvienne, il disait toujours qu'il allait mourir jeune. Je prenais ça comme un appel au secours d'une personne en manque d'affection, sur la fin, ça ne m'atteignait plus.

Mais en avril, il a commencé à vieillir et un jour, à table, je me souviens avoir pleuré de l'avoir écouté chanter avec maman. Ce soir là, il m'a prise à part pour me dire qu'il allait mal, qu'il devait subir des examens, le bla bla habituel, seulement pour une fois, ça paraissait vrai, il avait perdu une vingtaine de kilos, je ne m'en étais même pas rendu compte. Il m'avait fait jurer de ne pas en parler à maman, ni à personne d'ailleurs, j'ai donc traîné ce poids quelques mois durant.

Mais plus les jours passaient, moins je m'inquiétais, après tout, c'était papa, papa ne pouvait pas mourir. J'a quand même fini par en parler à ma mère après une nuit d'insomnie qui m'avait retourné l'estomac.
Elle l'a donc poussé à faire des examens, mais plus personne ne m'informait de son état, je n'ai plus eu de nouvelles pendant des semaines, j'ai fini par appeler. J'ai dû parler à ma mère comme à une gosse de 13 ans, et elle m' annoncé que papa avait un cancer, mais rien de grave, on allait juste l'opérer et tout se passerait bien.

Encore une fois, je ne m'inquiétais pas plus que ça, jusqu'à son hospitalisation, je suis restée sereine. J'avais décidé de passer la semaine à l'hôpital avec lui, histoire de lui montrer que je tenais à lui, même si j'étais incapable de lui exprimer.

Quand je suis revenue chez mes parents, ils étaient absents, je suis donc passée chez ma grand mère, qui semblat affolée. Papa venait d'être conduit aux urgences après s'être coupé deux doigts en faisant la cuisine à cause d'une paralysie. J'ai donc attendu, il est revenu, de très bonne humeur. Mais le colosse jadis tant craint s'était transformé en vieillard fragile, j'étais retournée, mais j'ai fait comme si de rien n'était.

Deux jours plus tard, on l'hospitalisait pour une semaine et je savais enfin de quoi il retournait: une tumeur au poumon. Encore une fois il était serein, voire guilleret, je n'ai jamais su si c'était pour ne pas faire de peine à la famille ou simplement s'il était confiant. Je voyais enfin l'homme et plus le père, l'autorité, je pense n'avoir jamais discuté aussi humainement avec papa que les quelques heures qui ont précédé son opération. Mais une fois emmené au bloc, c'est là que les remords ont fait leur appartion, et si j'étais amenée à ne plus jamais le voir?

L'opération devait durer 2 heures, elle dura le double. Finalement, le médecin est venu nous trouver moi et maman dans la chambre. Il était assez maladroit et s'exprimait plutôt mal. Mais il n'était pas rassurant, on avait dû enlever le poumon de papa et ils avaient repéré plusieurs autres tumeurs dont une au cerveau. Là il se trouvait en soins intensifs, on ne pouvait pas le voir avant le début des visites, ils nous restait deux heures à attendre, assez insoutenables ça va sans dire.

Plus tard nous avons pu le voir, dans un demi sommeil et branché de partout, il réclamait à boire sans cesse et baragouinait des phrases dénuées de sens, je n'ai pas pu rester près de lui, j'ai tourné de l'oeil, je suis sortie en courant. Lui, le père, le monstre, il souffait et je ne pouvais pas l'aider.

Les jours suivants, nous lui rendions visite 2 fois par jour, il était toujours délirant mais les médecins semblaient confiants, ils nous disaient à quel point il pouvait être tyranique, et ça, ça nous rassurait vraiment. Il avait exigé un ventilateur, un téléphone, de l'eau de toilette ses lunettes et un journal.

Finalement, au bout d'une semaine, il a pu regagner sa chambre et moi, rassurée, je suis rentrée chez moi. Jusqu'au jour de son retour chez lui, je l'appelais parfois dans sa chambre, mais j'étais toujours confuse, il semblait en forme, il savait déjà ce qu'il allait nous cuisiner pour son retour.

Manan m'avait prévenu, il était changé, les infirmières lui avaient coupé la barbe et il avait étrangement gonflé lorsqu'on lui avat enlevé son drain. Nous sommes donc venus le voir une fois rentré chez lui, effectivemet, ce n'était plus le même homme, il semblait fragile, vieux, mais toujours aussi actif. Il nous avait préparé de la pintade farcie au chorizo. J'étais loin d'imaginer que ce serait notre dernier repas ensemble. Après ça, je suis rentrée chez moi, la vie allait reprendre son cours.

Quelques jours plus tard, maman m'a appelée, on l'avait ramené à l'hôpital d'urgence, il avait des douleurs atroces, lui qui ne se plaignait jamais... En fait, il avait contracté une infection quand on lui avait enlevé le drain, mais encore une fois, personne ne m'avait prévenu. On a donc dû le réopérer pour éviter que le sutures ne sautent. De là, il est resté aux soins intensifs et n'en est jamais sorti. Tous les jours ma mère m'appelait pour me donner des nouvelles: parfois bonnes, parfois moins bonnes.

Au bout d'une semaine, elle m'a appelée en pleurs, il avait refait une fistule, on devait le réopérer pour la troisième fois en un mois, le transférer dans un autre hôpital avec un matériel de pointe et isoler le poumon restant avec une prothèse. Il ne s'est jamais réveillé, on le gardait dans un coma artificiel, parce qu'il était agité. Je n'allais pas le voir, je pensais qu'il s'en sortirait et que ma présence n'était pas indispensable puisqu'il ne pourrait pas me voir. On l'a réveillé, mais ça a empiré, donc on l'a rendormi. Parfois ça allait mieux, parfois moins bien. J'apréhendais le coup de fil quotidien comme on apréhende les résultats du bac.

Mais son état semblait stationnaire même si l'infection était toujours présente, j'ai donc décidé de m'octroyer des vacances en alsace, chez mon meilleur ami, pour me changer les idées. Maman m'appelait toujours, c'était répétitif et sans intérêt, je n'apréhendais plus. Puis un jour elle a fini par me dire "il va mourir, c'est fini" je suis donc revenue chez elle en catastrophe pour le voir une dernière fois. Je ne l'avais jamais vu dans le coma, mais il semblait plutôt reposé. J'ai posé des questions à l'infirmière pour savoir s'il était possible qu'il s'en sorte, elle m'a répondu que c'était encore possible mais qu'il devrait faire très attention, être surveillé sans cesse. Connaissant le bonhomme, j'avoue à partir de ce moment avoir espéré qu'il ne se réveille pas. Il était déjà mort dans ma tête, d'ailleurs, je parlais de lui d'une manière étrange "et si papa revivait, qu'est ce qu'on va faire?". Je me souviens l'avoir quitté ce jour là, puis avoir fait demi tour et lui avoir touché la main, moi qui ne lui avais jamais fait la bise, je n'osais pas le toycher, même s'il était endormi. Elle était froide et douce, je crois que je n'oublierai jamais cette impression, comme si sa main était plus petite que la mienne.

Je suis retournée chez moi, et les nouvelles ont été bonnes quelque temps, l'infection battait en retraite, de mon côté, je revivais un peu. Puis, le mercredi 9 aout maman a appelé, elle m'a dit que c'était fini, et même si c'était la deuxième fois, cette fois ci, j'avais perdu tout espoir. Ils avaient arrêté le traitement, et les reins étaient bloqués. Ils lui donnaient trois jours. Je n'ai pas dormi cette nuit là, j'ai pensé, j'ai appelé un ami à 2 heures du matin pendant des heures pour lui raconter des bêtses parce que le temps ne passait pas, que je me sentais mal. J'ai fini par me coucher à 6 heures. Et à 9, le téléphone a sonné, c'était maman, papa était mort à 2 heures du matin. Je n'avais pas pu le revoir une dernière fois

Elle était incapable d'appeler mon frère, j'ai donc dû le faire, appeler ce frère que je n'avais pas vu depuis des mois et que je n'avais pas appelé depuis des années pour lui annoncer la mort de papa.

De là s'en sont suivis quelques jours cauchemardesques, entre la morgue où on ne retrouvait pas le corps et où on nous a fait voir 3 macchabées donc un accident de la route amoché en demandant "vous êtes sûr que ce n'est pas lui?", les pompes funèbres et les visites de gens irritants qu'il n'aurait pas aimé voir.

Il ne voulait personne à son incinération, j'ai donc dû me battre pour que la famille (qui ne devait déjà pas être là) évite d'inviter de sombres inconnus avides du malheur des autres. Mais je n'ai pas dû crier assez fort. Une trantaine de personnes étaient présentes ce jour là, à vrai dire, j'étais la seule à avoir interdit à mes amis de venir. Je ne me suis jamais sentie aussi seule.

J'avais choisi quelques chansons de Brassens pour qu'il s'en aille dignement en évitant la musique d'ascenceurs habituellement rabachée lors des funérailles. La chanson "Bonhomme" lui convenait parfaitement, et il s'en est allé, au gré du vent, j'avoue avoir tourné le dos, juste pour montrer aux gens qu'ils n'avaient rien à faire là, je pense qu'il en aurait fait de même.


Maintenant, trois mois se sont écoulés, et comme je l'ai dit précédemment, tout le monde a oublié, je n'ai reçu de condoléances de personne, sans doute parce qu'il est difficile de les présenter à quelqu'un de froid comme moi.

Mais malgré tout, j'en veux au monde entier. Je m'en veux de ne pas avoir pu lui montrer à quel point je l'aimais et à quel point je suis fière d'être comme lui malgré le fait que ça me désserve au quotidien. Que des hommes comme lui sont trop rares et que jamais ceux qui ont croisé sa route ne risquent de l'oublier.

Il avait 59 ans et c'était un homme exceptionnel.


Dernière édition par le Ven 10 Nov 2006 - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popolatortue

popolatortue

Nombre de messages : 135
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 09/04/2006

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 14:56

Sad Ton histoire m'a bouleversé. je ne peux rien dire de plus, mais sache qu'un deuil ne se fait pas en 3 mois surtout quand c'est un parent proche ( ma meilleure amie a perdu sa mère à 18 ans et elle en souffre encore parfois)console
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://popolatortue.net
Invité
Invité



Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 15:00

c'est un bel hommage a un homme qui avait l'air tres courageux malgré ses pleintes repetitives ( on embette parfois ceux qu'on aime pour leur faire voir qu'on est la) et je me sent un peu bete d'ecrire a ta suite...

je tiens a te dire que je sais ce que tu recent, et que je te soutient a fond, comme pas mal de monde sur ce forum meme si tous n'osent pas l'ecrire.

ce n'est jamais facile de dire au revoir a une personne qui a souffert, surtout quand elle ne voulait pas que ca se sache! alors une bise pour toi, et une pensée pour ton papa!
Revenir en haut Aller en bas
Moachan

Moachan

Nombre de messages : 4121
Age : 45
Localisation : lyon
Date d'inscription : 04/09/2005

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 15:11

c'est un magnifique hommage et l'avoir ecrit est un pas enorme pour toi je pense

je crois que l'on ne peux pas se remettre de la mort d'un etre cher
je suis malheureusement , aussi, bien placee pour en parler

et une chose est sure , c'est que si tu lui ressembles a ce point , il devait donc savoir que tu tenais a lui , a ta facon , comme la sienne, silencieuse.

console
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BathorYume

BathorYume

Nombre de messages : 2158
Localisation : RP
Date d'inscription : 07/10/2006

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 15:18

C'est un magnifique hommage que tu rend à ton père...
Ton histoire ma bouleverser, et je ne sait pas quoi répondre... Malgré ta peine et tes regrets, surtout ne l'oublie pas !
console
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bathoryume.deviantart.com/
polari$

polari$

Nombre de messages : 271
Age : 36
Localisation : st chamas 13
Date d'inscription : 18/10/2006

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 15:20

perso mon pere est parti ç_ç il y a 3 ans et ca fait encore mal d'en parler car avant qu'il parte a l'hopital on ces disputer , et je suis pas aller le voir , je lui est pas dit que je l'aimé et aujourd'hui je peut plus .... le plus dure n'est pas de mourire mais de survivre au mort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vavoom



Nombre de messages : 3430
Date d'inscription : 29/04/2006

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 15:21

Fleau....je viens de lire ton texte, quelques larmes coulent sur ma joue....j'ai la gorge serrée...et je plonge moi aussi en arrière car tout ce que tu viens d'écrire avec tellement de sensibilité, je l'ai vécu et je comprends tellement ce que tu ressens....
Je crois que tu as bien fait d'écrire ces mots, je suis sûre que déjà tu te sens mieux....J'ai fait la même chose, j'ai beaucoup écrit à la mort de mes parents et, étant musicienne, j'ai réussi à crier toute ma douleur à travers des notes de musique en plus des mots....Le temps va faire son oeuvre....La douleur, même si elle est toujours là, tu vas heureusement l'accepter petit à petit....
Fleau....ne te reproche rien....tu n'as pas eu le temps de lui parler parce que tu n'as que 21 ans....ton père tu vas le découvrir après et tu lui parleras encore plus après........J'avais 23 ans quand le mien est parti, sa mort je ne l'ai pas acceptée car çà avait été trop vite...Je me souviens avoir refusé de le voir en bière, avoir refusé de m'habiller de noir, dans ma tête, je voulais qu'il reste comme je le voulais....Puis, l'âge venant, j'ai commencé à redécouvrir mon père à travers des souvenirs, des photos, des lettres et je me sens beaucoup plus proche de lui maintenant que je l'ai jamais été....C'est dans l'ordre des choses Fleau, nous ne sommes que de passage, tu verras, un jour tu auras des enfants et à ce moment là, tu comprendras mieux le cycle de la vie, avec parfois ses injustices si douloureuses, si souvent inacceptables....Je pense qu'il vit encore plus maintenant à travers toi.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bjdfolies.over-blog.com/
Meïko

Meïko

Nombre de messages : 1244
Age : 36
Date d'inscription : 10/10/2006

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 15:21

Et bien moi je te présente toutes mes condoléances.
Tu t'es efforcée de faire respecter sa volonté lors de ses funérailles, et même si les gens n'ont malheureusement rien compris, tu as fait tout ce que tu pouvais, il ne faut pas t'en vouloir.
Tu te reproches beaucoup de choses, mais tu as pourtant été très présente pour lui pendant sa maladie, et même si tu penses avoir peu fait, ou que tu aurais pu en faire davantage, je t'assure que tous les enfants n'en feraient pas autant que toi.
C'est à toi et à toi seule qu'il s'est confié pour la première fois au sujet de son état de santé... Même si je pense qu'il n'aurait pas du t'imposer un tel fardeau (garder le secret), cela prouve qu'il te faisait confiance. Même si tu ne lui as jamais dit, je suis persuadée qu'au fond de lui il savait très bien que tu l'aimais à ta manière. Tu ne dois pas avoir de remords.
C'est facile à dire évidemment, parce que lorsqu'on perd un être cher on se reproche toujours de ne pas avoir été plus présent, ou plus aimant, mais l'essentiel est qu'il savait, je pense, tout l'amour que tu as pour lui même si tu n'as pas su lui l'exprimer. Et puis, il n'est jamais trop tard. Ca va peut-être te paraître un peu bébête, mais je pense que si tu t'adresses à lui pour lui exprimer ton amour, tes regrets, il t'entendra. Mets-y tout ton coeur, et tu verras que tu te sentiras mieux. Il n'y a pas de honte à diriger ses pensées vers ceux qu'on aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 15:59

Je comprend ce que tu ressents..j'ai perdu ma maman y'a quelques mois.. juste avant le printemps..
C'est un superbe hommage. console
Revenir en haut Aller en bas
Rozenn

Rozenn

Nombre de messages : 417
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 26/08/2006

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 21:37

Mon dieu, j'en pleure en tapant ces quelques lignes (aussi dérisoires soient-elles). Ce qui me fait le plus de peine, c'est lorsque tu dis que tu n'as jamais pu lui dire à quel point tu l'aimais... ça me fait tellement de mal car avec mon père c'est un peu la même chose (même si ça s'est arrangé depuis que je vis avec mon copain).

Je ne peux pas dire que je comprends tout ça, mais je l'imagine sans peine. Mon grand-père est parti en mai, et même si ce n'est pas vraiment la même chose, c'est très difficile ... (surtout que c'est seulement maintenant que je réalise que je ne reverrais plus mon pépé ...).

console
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onirography.com
Avicularia

Avicularia

Nombre de messages : 1473
Age : 32
Localisation : Marne la Vallée
Date d'inscription : 07/07/2006

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 21:47

Bon courage à toi, les mots sont superflus sache juste que mes pensées t'accompagne et que la plus belle preuve d'amour est de penser aux gens meme si ils sont partis, l'amour n'a pas besoin de mots il se comprend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merveilleusesbjd.blogspot.com/
MallowCat

MallowCat

Nombre de messages : 806
Age : 34
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 13/07/2006

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptyVen 10 Nov 2006 - 22:13

Je tiens à vous remercier pour vos mots aussi dérisoires à vos yeux soient ils. Je dois avouer que j'aphérendais le fait d'étaler mes pensées sur un forum, mais après tout, je n'avais que ce choix, mes amis ayant subi ma déprime pendant des mois, je leur dois bien une petite halte.
Comme le souligne nombre d'entre vous, un deuil ne se fait pas en trois mois, c'est évident, d'ailleurs, je ne réalise pas encore tout à fait. Que ce soit par le biais des rêves ou de mes pensées je sais que pour moi, il n'est pas encore parti, que ça ne se fera sans doute jamais totalement et que je devrai vivre avec.
Mais j'avais besoin de franchir ce pas, de coucher mes pensées quelque part pour pouvoir repartir plus légère. Je dois dire que ça m'a fait un grand bien et je n'imaginais pas trouver du réconfort ici alors que je n'ai noué de contact avec personne.
Vos témoignages d'affection envers une personne que vous ne connaissez pas me touchent au plus haut point, c'est bien plus que ce que la plupart de mes proches ont pu me dire. Il est vrai que c'est peut être plus simple quand on ne me connaît pas.
Voilà, écrire tout ça m'a permis de me vider et de m'adresser à mon père même s'il ne peut le voir alors que je ne l'avais jamais fait auparavant.
Je m'endormirai sans doute plus sereine ce soir et ce grâce à vous, merci du fond du coeur d'avoir pris le temps de me lire.

Edit: Je voulais aussi te dire Rozenn, qu'il n'est jamais trop tard pour montrer à une personne qu'on l'aime et que même si parler à ton père te semble être une barrière infranchissable, franchis la, je pense que vous ne pourrez, toi et ton père que vous en sentir mieux après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aeris

aeris

Nombre de messages : 4385
Localisation : paris
Date d'inscription : 23/12/2005

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptySam 11 Nov 2006 - 1:47

je suis très touchée en lisant ton hommage... Tu n'as rien à te reprocher, je sais par expérience qu'il est parfois très difficile de montrer à son père qu'on l'aime, en 25 ans je n'y suis jamais arrivée car il est un homme parfois froid et qui n'aide pas à montrer ses sentiments (et qui indirectement garde peut être en mémoire mon adolescence où lui et moi avions beaucoup de mal à communiquer)...
Tu as été présente pour ton père dans des moments où je suis sure il avait beson de toi et je suis certaine qu'il a vu que tu tenais à lui...
Cela dit ces quelques mots, je sais, ne sont rien et il te faudra du temps pour accepeter et vivre avec le deuil... je te souhaite beaucoup de courage... console
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avalon



Nombre de messages : 597
Localisation : 69
Date d'inscription : 14/08/2005

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptySam 11 Nov 2006 - 11:50

Sincére condoléence Fleau, je sais ce que tu ressens. A 17 ans j'ai perdu quelqu'un de tres cher, j'en ai 29 aujourd'hui et j'ai toujours mal... en 01 mon grand pére partait, il y a un an c'était ma grand mere. Je n'ai pas réussi à leur dire que je les aimais, c'est eux qui mon élever jusqu'à l'age de 12ans. Ton papa sera toujours dans ton coeur, et quand tu regardera d'anciennes photos tu te dira j'ai ses yeux ou sa bouche et la tu sera contente. Il y a une chose qui me fait toujours plaisir c'est souvent on écourte mon prenom en Marie et c'est le nom de ma grand mere et ça me fait toujours un petit pincement au coeur.

Ceux qui nous quittent sont toujours vivent dans nos coeur.....

amis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyx.

Nyx.

Nombre de messages : 1694
Age : 35
Date d'inscription : 30/06/2006

Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa EmptySam 11 Nov 2006 - 12:02

Toutes mes condoléances, Fleau... Malheureusement je ne pense pas être capable de trouver des mots réconfortants, je n'ai encore jamais eu à faire de deuil, mais je peux facilement imaginer la douleur que ça représente... Je te souhaite du courage dans cette épreuve... Et je pense également que tu as montré à ton père que tu l'aimais, même si ce n'était pas par des mots !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Papa Empty
MessageSujet: Re: Papa   Papa Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Papa
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» avec papa RIEU ...
» petit papa noel quand tu decendras du ciel n'oublie pas mon petit soulier..
» enterrement du papa de Mick
» PAPA NOEL
» [Fournier, Jean-Louis] Où on va, papa ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel Celeste :: Le Marché :: Papotages-
Sauter vers: