Materiel Celeste

Forum francophone pour les collectionneurs et créateurs de poupées
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Poèmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lweeling



Nombre de messages : 2075
Age : 29
Localisation : Perdu
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Ven 5 Jan 2007 - 13:48

J'aime beaucoups vos poèmes et la chanson de Vavoom! perso j'écris très raremment des poèmes, plutôt des textes parfois sans queue ni tête (lol)
si jamais un me reviens en mémoire, je le posterais peut être ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lergahin



Nombre de messages : 2091
Age : 29
Date d'inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Ven 5 Jan 2007 - 15:30

merci beaucoup Eva console
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lergahin.deviantart.com/
vavoom



Nombre de messages : 3438
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Mar 9 Jan 2007 - 20:25

Merci Lweeling, çà fait du bien d'être lue, je vous glisse un autre texte que j'ai écrit sur les caprices de la nature...
Elle s'appelle:

La porte éclose.

Première histoire d'amour et premier rendez-vous,
Les pommettes bien roses, elle serre les genoux,
Va t'il la regarder et lui prendre la main,
Elle ne sait que penser, s'en prend à tous les saints,
Lorsqu'à la nuit tombée, il faut rentrer chez soi,
Sans avoir pu parler ni dire quoi que ce soit,
Elle dit qu'il est trop tard, qu'on se verra demain,
Et après un bonsoir....elle lui serre la main....

Premier baiser d'amour et premier geste tendre,
Notre bel amoureux, bientôt n'peut plus attendre,
D'un solide pas alerte et même pas éconduit,
Notre jeune téméraire cherch'où passer la nuit,
Premier acte d'amour, plus de baisers volés,
Notre belle demoiselle est prête à tout donner,
Bientôt la fiancée voulût se marier,
Et dans un bel entrain...les bans furent annoncés...

Ils se marièrent enfin...mais n'eurent pas d'enfant,
Pas un chou, pas une fleur, ni rien à mettre dedans,
A l'affût d'un retard et d'une pesanteur,
Il est déjà trop tard et même s'ils en ont peur,
Le temps qui a passé ne leur a rien laissé,
Le bel album photo restera bien fermé,
Même le grand gynéco s'y est cassé les dents,
Car c'est inévitable...ils n'auront pas d'enfants....

Pourquoi la vie d'une femme est-elle si compliquée,
Pourquoi ne pas faire simple comme on pourrait l'penser,
Le destin d'une rose est bien de se fâner,
Et après s'être éclose, les pétales vont tomber,
Mais la petite rose a voulu résister,
Et dans son corps tout rose...l'enfant est arrivé,
C'est à n'y rien comprendre mais on doit l'accepter,
Il faut laisser ses peines...et ne pas y penser...

Comme dans toutes les histoires, y'a une moralité,
Il ne faut pas trop croire, n'y même trop écouter,
Laisser Dame Nature tranquillement nous guider,
Ne pas forcer le sort et ne pas insister,
Construire son petit nid, se tenir par la main,
Profiter de la vie sans penser à demain,
Et si l'grain est semé, il faut l'laisser pousser,
Et de s'émerveiller...tous deux... main dans la main !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bjdfolies.over-blog.com/
Valandra



Nombre de messages : 9863
Localisation : Près de Paris
Date d'inscription : 13/01/2005

MessageSujet: Re: Poèmes   Mar 9 Jan 2007 - 22:25

Un petit poème pas triste mais bon... jugez.

Venez ma douce, allons voir si le parfum des fleurs persiste encore
Venez ma douce, allons nous allonger dans les prés
Venez ma douce, allons mirer les cieux étoilés.

Nous sommes dans les prés ma douce,
Je vous embrasserais les mains et les jambes pliées
Ma douce, vous fermerez vos paupières sous les cieux étoilés.

Nous respirerons le parfum des fleurs ma douce,
Je viendrais me blottir dans vos bras légers
Ma douce, vous en redemanderez.

Nous nous embrasserons sans cesse ma douce,
Je vous étreindrais à demi-embarrassé
Ma douce, vous gémirez.

Nous roulerons dans le pré ma douce,
Je possèderais votre corps enivré
Ma douce, vous me retiendrez.

Nous resterons ensemble ma douce,
Je ne vous quitterais jamais
Ma douce, vous m'aimerez.


(j'ai enlevé un passage plutôt sulfureux pour cette partie publique)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blythedolly.free.fr
Lergahin



Nombre de messages : 2091
Age : 29
Date d'inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 10:00

tres jolie chanson Vavoom, c'est vraiment bien écrit ! ^^
Valndraa ton poème est tres beau aussi, le début me fait penser à une poème de Verlaine je crois (le début ça doit etre ça "Mignonne allons voir si la rose"...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lergahin.deviantart.com/
vavoom



Nombre de messages : 3438
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 10:20

Merci Lergahin, c'est vrai que j'aime bien écrire des chansons....
J'ai beaucoup aimé également le poème de Valandraa, tout en finesse et en sensibilité, les images viennent d'elles-mêmes....c'est très proche de ce qu'aurai pu écrire Ronsard .... daisy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bjdfolies.over-blog.com/
Valandra



Nombre de messages : 9863
Localisation : Près de Paris
Date d'inscription : 13/01/2005

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 10:26

Vavoom quand même pas ^^ merci les filles ! j'ai pas l'habitude d'écrire des poèmes tristes ils sont plutôt dans le genre coquin kiss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blythedolly.free.fr
Lweeling



Nombre de messages : 2075
Age : 29
Localisation : Perdu
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 11:51

C'est très joli, j'aime beaucoup cette chanson Vavoom et ton poème ausi Valandraa! c'est sympa aussi les textes coquins ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valandra



Nombre de messages : 9863
Localisation : Près de Paris
Date d'inscription : 13/01/2005

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 12:57

Lweeling, ouep mais ca dépend de qui les lit après ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blythedolly.free.fr
de.w



Nombre de messages : 1521
Age : 29
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 23/10/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 13:14

Ouah!!!, chui bluffée, y des écrits super construits et bien inspirés ici... chapeau bas.

J'apporte ma petite contribution. C'est un vieux truc que je suis allée rechercher sur mon vieux blog laissé à l'abandon. je l'ai écrit il y a es années et c'est le seul bidule poetique qui m'a été inspiré



Paroles sans Musique (inspiré des Chroniques de l'Ancien Temps)

Un pays magique,
Une contrée onirique
Créée par une divinité cosmique.
Des habitants fantastiques,
Peuplant des villages féeriques
Bordés de paysage apocalyptiques
Aux apparences d'une lune cynique.

Mener une vie aux couleurs bucoliques,
Bercée par une douce musique
Aux sonorités harmoniques,
Près des rivages mystiques
Entourés de ruines anarchiques.

Fréquenter des fanatiques,
Créatures aux étranges physiques
Se prenant pour des personnages bibliques.
Charmants hérétiques
Aux allures gothiques,
A la recherche de trésors chimériques.

Raconter leurs exploits mythiques,
Dont j’écrirais les chroniques
Dans un langage runique.
Des situations comiques,
Mêlées à une scène tragique
Pour donner un ton dramatique,
Dans ce monde satirique.

Enfermés dans un univers hermétique,
Ils accomplissent des actes héroïques
Où chaque instant peut être critique.
Pour aboutir à une fin sympathique,
Une fin idyllique,
Dans ce pays magique,
Cette contrée mimétique,
Reflet de notre dimension unique.

Damian E. Walkenski
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palindrome01.skyblog.com
Nighty



Nombre de messages : 632
Age : 30
Date d'inscription : 21/08/2005

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 15:41

Pff, mais je rate tous les bons sujets ces derniers temps ou quoi... o0

Wahouh ! Merci à toutes pour cette séance lecture, c'était que du bonheur. J'ai déjà parcouru des sujets "poésie" sur d'autres forums mais c'est le premier où absolument tout ce qui a été posté me plaît ! Contente Night~
J'ai un petit faible pour celui de Valandraa et la chanson de Vavoom, je dois avouer. de.w, le tien est aussi très mélodieux ça fait rêver, j'aime beaucoup~ J'espère que vous en reposterez d'autres des comme ça !

J'aime beaucoup la poésie de toutes sortes alors je suis toujours ravie d'en lire ^^ Bon, pour ce qui est d'en écrire par contre, j'ai encore du chemin à faire... mais je m'entraîne.
Histoire de participer un peu, voilà mon dernier en date et le seul que je n'ai pas trop honte de poster où que ce soit. (c'est un peu imagé, les "papillons bleus" représentent la mélancolie. Je l'ai écrit un jour où j'en avais assez de m'apitoyer sur mon sort en fait. ^^; )

Les papillons bleus

Je suis descendue ce soir
J’ignorais les papillons bleus,
Leurs battements d’ailes ; j’en avais marre
D’entendre ces « on est mieux à deux ».

Il y avait ce faux désespoir
Le chant des menteurs amoureux.
Larmes noires sur masque d’ivoire,
Leurs plaintes des lendemains malheureux.

Et j’ignore les promesses de croire,
De tous ces gens pas courageux.
Tristes sires qui gémissent sans voir,
Qu’il n’y a pas que du gris autour d’eux.

Je suis descendue ce soir,
Du haut de mon nuage bleu.
Et tous ces clowns vêtus de noir,
Me font regretter mes adieux.

Je dis merde à leurs rêves de gloire,
J’ fais la chasse aux papillons bleus.
Ces tristes sires m’empêchent de voir,
Mes derniers souvenirs heureux.

Je suis descendue sans savoir
Ce qui m’attendait loin des cieux.
Je n' veux pas de sang sur le miroir,
Qui me montre l’avenir que je veux.

Et puisqu’on n' me retient pas, je pars
Je ne cherche pas ces présages ténébreux.
Je veux mon coin de nuage quelque part,
Où on ne connaît pas les papillons bleus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vavoom



Nombre de messages : 3438
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 16:00

Moi aussi je suis soufflée, il y a tellement de poèsie, de sensibilité et d'émotion dans ce que vous dîtes...ouf, je suis toute émotionnée....J'aime particulièrement ce vers de Nighty..." Larmes noires sur masques d'ivoire..."il y a tant de choses dans ces quelques mots....et bravo aussi à de.w pour les difficultés techniques des rimes en ...iques, c'est le cas de le dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bjdfolies.over-blog.com/
MallowCat



Nombre de messages : 831
Age : 31
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 16:04

Hé bien, que de belles choses.

Vavoom, encore une fois, ta chanson est très touchante, j'espère que tu trouveras vite une interprête, ça en vaut la peine.

Valandraa, je suis bluffée... Que de beaux mots respect

de.w, c'est très visuel, tu as un univers bien à toi qui est plaisant à imaginer

quant à Nighty, c'est ce qui m'a le plus touchée, disons que je me retrouve un peu dans tes propos et c'est tout à fait ce que je pourrais écrire. Si toutefois j'avais l'âme poétique ce qui n'a jamais vraiment été mon cas, je suis une buse en structure et je me laisse dépasser par mes pensées...

Bref, je prends du plaisir à vous lire toutes, c'est agréable de voir à quel point cette communauté est créative!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cycy
Modérateur


Nombre de messages : 2128
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 15/05/2005

MessageSujet: Re: Poèmes   Mer 10 Jan 2007 - 21:41

je poste ma maigre contribution ^^


Nuit.

Prologue.
Mon nom de baptême est Oren.
Je suis née sous un ciel de traîne
De la glorieuse Babylone.
Fille unique, rien qui n’étonne.

Mais quelle est belle
Mais quelle est frêle
Douce promise
Mariée si grise
A peine née
Déjà scellée
A un mari
Si peu transi


Ils me disaient magnifique !
Simple marchandise unique…
Cependant, une ombre sur l’image,
Je fus boiteuse, mauvais présage.

Quelle était belle
Quelle était frêle
Triste promise
Mariée excise
A peine née
Déjà bisée
Pas un seul bruit
Par un seul
cri.

Que faire ? Comment la donner ?
Boiteuse ! Donc stérile, damnée !
La marier semblait compromis
Mais le contrat lie le promis…

Quelle était belle
Quelle était frêle
Dans son linceul
Près des thieuils.
A peine tuée
Déjà oubliée
Crime banal
Fait si normal.


L’honneur était sauf, le lien rompu.
Le promis libre, elle fut déchue.
Ils pouvaient tous rire, à présent,
Oublier, célébrer leur temps.

Il me dit belle
Il me dit frêle
Dans ma violence,
Je suis en transe !
La nuit me sert
Le sang me perd
Et de leur mort
Je dis …
…j’adore !




Le prince noir

Toi, Prince noir, en ton univers oblique
Tu sens l’agonie des Puissants, leur sang inique
Couler sur les stèles et napper l’atmosphère
Comme un voile abyssal, un habit de misère.

Je la sens cette ombre pesante…

Toi, Prince noir, en ta douleur incarcéré
L’envie te porte, elle est ta voix, ton hymne aimé.
Bientôt ton vent de colère saisira l’histoire
Mâchera ses contours pour en presser la gloire.

Le démon arrive, il arpente…

Toi, mon Prince noir, ma si subtile addiction
J’attends ton souffle, ta brûlante ascension.
Qu’elle me prenne, qu’elle me broie et me délivre
Qu’en enfin les gouffres du ciel me rendent ivre.

Entendez- le, ce sombre chant

Moi, esclave pâle, à ton noble cœur soumise
Je pressens ton néant, ses mouvements s’aiguisent
Tantôt sonnera le glas de mon existence.
Mais qu’il me tarde ton enfer, sa délivrance.

Mourrez, à présent il est temps …

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://syrkell.deviantart.com/
de.w



Nombre de messages : 1521
Age : 29
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 23/10/2006

MessageSujet: Re: Poèmes   Sam 21 Avr 2007 - 1:53

Ce n'est pas un poème mais je viens d'écrire ca alors que j'étais un peu imspirée. Ca faisait longtemps que je n'avais pas écrit, j'ai perdu l'habitude et le style, et je suis plus a l'aise en prose qu'en vers.... mais je voulais quand même le poster ici...

Il est dédié a mon meilleur ami.


Hymne a la Vie

"Ce soir n’est pas un soir comme les autres pour moi… je suis sorti cette nuit et je me suis sentie comme transporter par la nuit. D’avoir vu les étoiles m’a rappelé a quel point la vie était merveilleuse…. Je me suis souvenue que nous n’étions que de petits grains de sable baignés par la chaleur de l’univers, et que la vie était trop fragile pour pouvoir être brisée. Moi qui était prête à en finir, je suis revenue sur mes pas et je suis prête à attendre de nouveau le train qui m’emportera loin dans le pays de bonheur, loin dans le bonheur de mon cœur. Je me suis perdue dans les petits chemins d’une forêt vierge de toutes merveilles, j’ai vu des horreurs, mais j’ai gardé la force et le courage en moi pour retrouver la lisière de son monde de ténèbres. Je me suis accrochée et j’ai marché longtemps dans le noir, quand un jour, j’ai vu une main se tendre vers moi. C’était le soleil qui venait me chercher. Il m’a guidé pour que je retrouve la voie de la sérénité. Et quand j’ai retrouvé ce chemin, j’ai entendu un son, qui s’est transformé en musique, peu a peu, la musique fut accompagnée par une voix, une voix qui guidait chacun de mes pas. Puis mon corps commença a s’abandonner tout entier a la musique. Mon esprit flottait, et je dansais dans la brise, le vent me caressait et j’étais heureuse, je voyais enfin la sortie de cette sombre forêt… je fermais les yeux et je me laissais appeler par a musique. Longtemps j’ai cherché d’où elle émanait, et un jour, quand j’ai ouvert les yeux, j’ai vu qu’elle venait de la vie. C’était merveilleux. Le soleil m’amena près de la lune et me laissait près d’elle… Et je l’ai contemplé. J’étais éblouie par la beauté du spectacle, je me suis évanouie dans ses bras, sa chaleur me faisait frissonner et sa splendeur me faisait sourire. J’étais envahie par l’univers, je savais ce que le monde était. Je me laissais caresser par ses tendres rayons et mes lèvres voulaient goûter à ce poison de vie. J’étais contaminée par la lumière, je m’abandonnais au plaisir de la nuit. J’ai visité le palais de la lune, j’ai dansé avec les étoiles, je dormais dans les draps du ciel et la lune me protégeait. Le Chant de la vie résonnait toujours dans mon cœur, je rêvais d’une rivière d’étoiles dans laquelle je me baignais, je faisais des bouquets d’étoiles, et je marchais dans le ciel. Le vent soufflait doucement, et je remarqué soudain qu’il s’accordait avec la musique qui battait dans mon âme. J’étais seule, et alors ? J’étais heureuse, je venais de découvrir le bonheur, mais la lune me réveilla, et dans un tendre baiser, elle me dit au revoir et me raccompagna dans un endroit où je me sentirais chez moi. Un endroit où je pourrais partager mon bonheur et en donner à d’autres gens. La lune m’avait fait messagère des bienheureux. « Comment tu t’appelles ? » lui avais-je demandé avant de la quitter. « Phoebe, je suis la sœur d’Appolon et la tante d’Eros ! » Puis elle s’en alla. J’étais maintenant tranquille et soulagée de toutes mes peines. Le cœur apaisé par la pureté de son regard. Je savais qui si jamais ça n’allait pas, je pourrais l’appeler et Phoebe serait toujours la pour moi. J’étais née à nouveau…

Le temps passa, et je continuais de contempler la lune depuis mon petit nuage. Les étoiles se baignaient dans mes yeux et la lune m’embrassait, j’étais amoureuse de l’impossible, je perdais le contrôle de mon corps, je dansais frénétiquement dans ses bras. Elle caressait mes cheveux et me laissa chanter la vie jusqu'à l’épuisement. Le soir, quand je fus éveillée de nouveau, elle ne vint pas, j’aurais du me sentir triste, mais ce ne fut pas le cas, j’étais libre. Puis à travers la nuit, j’ai vu l’amour s’approcher de moi, j’ai vu à quel point il était beau. Mon souffle se coupa, il me somma de me taire. J’étais pétrifiée par l’amour qu’il transpirait, je sentais jusqu’au fond de mon âme le parfum de sa lumière. Je ne pouvais pas détacher mes yeux de son regard puissant et envoûtant. Il était grand, je n’étais rien a côté de lui. Il s’assit près de moi. Ce fut l’extase, il ne m’avait pas encore effleuré que je sentais déjà mon corps perdu et fondant dans ses bras. Ses doigts parcouraient mon dos et dessinaient les signes de l’amour, ses lèvres cherchaient les miennes et je ne pouvais résister a tant de douceur. Je m’abandonnais dans des draps de ciel, éclairée par une simple étoile. Il était fort et vigoureux, tendre et amoureux. J’étais enchaînée à l’Amour, je ne pouvais pas m’échapper, je ne voulais pas me débattre. J’étais inondée par le miracle de l’amour. Je le suivais, je souriais, je goûtais au fruit interdit, je partageais la connaissance du monde avec un Dieu, avec mon Dieu. je ne pouvais m’empêcher de souffler son nom au creux de l’oreille : Eros mon amour. Couchée dans mon nuage jusqu’au bout de la nuit, l’univers m’apparaissait tel que je ne l’avais jamais vu. Partout j’ai vu la vie, partout j’ai vu l’amour, partout j’ai vu le bonheur. La musique était si claire, comment ne peut-on pas être subjugué quand on l’écoute derrière tout le brouhaha du monde. Mes yeux ne servaient plus à rien, mon corps se perdait dans mes draps de ciel et mon âme allait virevolter avec les puissances élémentaires de l’univers. C’était fantastique, toutes ces couleurs perdues au milieu du noir intense du vide interstellaire, je n’avais plus peur de l’espace. Chaque tache de couleur dévoilait sa nature et je découvrais de nouveaux mondes enchantés. Je visitais chaque nouvelle contrée et je découvrais toujours de nouveaux paradis. « C’est là haut que vivent les Anges ». J’avais la tête dans les étoiles, il fallait bien que je me réveille un jour. Quand je recouvrai mes esprits, je pensais que j’avais vécu une belle aventure, mais l’impossible ne pourra jamais être conquis, et je ne pourrai pas conquérir l’impossible. Eros resta avec moi jusqu’au bout de la nuit. Sa chaleur me rassurait, je ne me sentais plus seule, bénie par l’Amour le plus pur, baptisée par l’univers. J’aime la nuit et la nuit m’aime. C’est comme ça. J’aime la vie mais la vie ne me le rend pas bien, alors je prends ses épreuves comme des poignards qui me tuent chaque jour un peu plus, mais je survis, parce que l’amour est plus fort que le reste, je saigne et je souffre en silence, je meurs a l’intérieur, je me suicide par amour de l’impossible. L’amour guide mes pas dans la vie, le soleil est mon meilleur ami et la lune une amante exceptionnelle, elle garde mes secrets les plus fous, ceux que mon cœur ne révélera que lorsqu’il sera apaisé par les caresses de cette amour qui bouille en moi. J’étais devenue messagère des amoureux. Je connaissais tous les secrets du monde, mais je ne pouvais pas les dévoiler j’étais empoisonnée par les bienfaits de l’Amour, je ne faisais plus qu’un avec le reste du monde, je portais le monde en moi. J’avais bu la vie d’un trait, je mangeais l’amour, c’était extraordinaire. Le temps m’avait échappé, je ne savais même plus si j’existais encore. J’étais là, c’est tout, attendant le train de la vie qui me ferait parcourir cet immense océan d’étoiles. Je voulais voyager et apporter vie et bonheur.

Le temps passa, neuf mois, je sentais les germes de la vie éclore dans mon âme, une nouvelle vie que j’allais donner bientôt. Je ne souffris pas un instant. Je ressentais le même plaisir que lorsque j’ai senti pour la première fois l’intrusion de la vie dans mon âme, un nouveau chant venait de naître. Un sourire angélique, il fallait que je le protège plus que ma vie, maintenant c’était lui qui comptait plus que le reste. Comment un petit être si fragile pourrait se défendre. Ce fut quand le soleil arriva que je le vis pour la première fois ouvrir les yeux. Mon dieu que c’était grandiose ! Je plongeais mon regard dans celui d’un homme qui avait déjà tout compris, il avait été transcendé en voyant tant de lumière. Son regard fusionnait avec la lumière du soleil, je portais dans mes bras, le bonheur. Mon cœur cessa de battre a cet instant, comme si j’étais absorbée soudainement par un autre monde qui m’appelait. Cette fois je devais vraiment partir, rejoindre les miens et laisser mon petit bonheur s’échapper parmi les étoiles, je redescendais doucement vivre dans ma petite réalité et j’allais oublié que j’avais connu le bonheur le bonheur de naître et de donner la vie. Un ange m’apparut, posa son doigts sur les lèvres et murmura : « Sh ! »

La seule chose dont je me souviens toujours quand je regarde la lune, c’est que j’aime la vie, avec un sourire que je ne peux m’empêcher de lui adresser. Et je sens les étoiles venir se bercer dans mes yeux. Alors je plonge dans la lumière du soleil de la nuit. Je suis heureuse."

De.w
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://palindrome01.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poèmes   Aujourd'hui à 0:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Poèmes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Poèmes dans Bleach
» Cahiers de poèmes, Emily Brontë
» Vos poètes et poèmes préférés
» Poèmes tous doux...
» Les poèmes gagnants/ TARI, DDP HUOR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel Celeste :: Le Marché :: Papotages-
Sauter vers: