Materiel Celeste

Forum francophone pour les collectionneurs et créateurs de poupées
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
yuya

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 29
Localisation : Chalon sur Saone
Date d'inscription : 21/03/2015

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Mar 6 Fév 2018 - 19:32

Je découvre ton sujet, et le moins que l'on puisse dire c'est qu' il est captivant... Je me suis surprise à me prendre au jeu de tout lire et j'aime beaucoup cet univers, je vais le suivre avec attention ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyu.

avatar

Nombre de messages : 3664
Age : 25
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Mer 7 Fév 2018 - 18:35

Déjà, elle est sublime et très bien mise en valeur sur tes photos !
Puis encore une fois, je trouve que tu écris vraiment bien. On est très vite pris dans son histoire et on en découvre un peu plus à chaque fois, j'aime beaucoup ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ladicius

avatar

Nombre de messages : 8439
Age : 26
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Mer 7 Fév 2018 - 23:31


Merci beaucoup à vous deux !
Bienvenue & bon retour ici n_n







♦ Le Tribunal des Fauves ♦


































- Athénaïs, y'a Sa Grâce qui te demande !


Je lève les yeux de mon ouvrage, tandis que Tototte, à côté de moi, sursaute et me donne un coup de coude involontaire ; je me pique cruellement avec mon aiguille, m'arrachant une exclamation étouffée, avant que je ne retire de justesse mon doigt afin qu'une perle écarlate ne tombe pas sur la toilette de Tototte, que je suis en train de repriser.
Aussitôt, Tototte se confond en excuses, auxquelles je ne prête pas attention. Mon regard est fixé sur Angélique, dont la silhouette élancée se découpe dans l'encadrement de la porte, le soleil qui perce la lucarne derrière elle la nimbant d'une aura dorée surnaturelle.


- Tu sais pourquoi ?

Il ne fait jamais bon de se faire convoquer par Sainte-Grâce ; les filles et moi, nous redoutons toutes qu'elle nous annonce que notre dette personnelle à son égard a été allongée, ou bien un quelconque châtiment pour une faute que nous aurions commise. Car vivre ici, dans cette maison, c'est avoir à l'esprit que la faute peut prendre du temps à émerger ; il ne suffit pas de renverser une carafe, de se battre avec une autre pensionnaire, ou de se montrer peu amène lors d'une nuit de travail, non ; parfois, un homme que l'on a eu revient se plaindre, ou les domestiques, perfides, font des confidences à la maquerelle, alors qu'on se croit hors de danger, la faute passée et jamais découverte. Tototte n'oubliera jamais sa punition pour avoir fait entrer en douce, grâce à un client bienveillant, des poignées de perles de sucres et de gâteaux crémeux ; flagrant délit de bâfrerie ! Et Marie non plus, pour avoir entretenu une liaison secrète avec un galant - qu'elle ne faisait pas payer, bien entendu !
Angélique hausse les épaules, le soleil jouant un instant dans ses cheveux blonds si pâles qu'on les croirait blancs.


- Aucune idée. Mais l'avait pas l'air enragée, c'est déjà ça. Allez, viens-t'en, j'ai pas que ça à faire.

Je repousse mes travaux de couture, suçotant mon doigt blessé après avoir rassuré Tototte d'un sourire, et je sors du dortoir, les autres filles présentes me suivant des yeux. Je les sens comme une bande de hyènes, essayant de flairer si le vent tourne, et pour qui ; une disgrâce pourrait bien leur profiter, ou au contraire, une rare récompense pourrait les desservir. Pour un peu, je sentirai leur curiosité me percer le dos.
Je quitte les combles, et la partie miteuse qui nous est réservée avec Angélique, et nous nous dirigeons vers l'autre partie des coulisses de la grande maison. Sitôt que nous franchissons la frontière tacite, c'est comme changer de bâtiment ; les communs sont plus reluisants, et la partie réservée à Saint-Grâce et Saint-Ange, elle, dispose du même luxe que la partie publique, la petite scène aux merveilles présentée aux clients. Ici aussi, pourtant, point de marbre mais du stuc, et à bien y regarder, les tentures accusent plusieurs guerres contre les mites, et les murs ne sont plus aussi reluisants qu'ils l'ont été. Le luxe tapageur est factice ; mais les deux Saints tiennent absolument à étaler leur supériorité sur nous, et à se complaire dans un rêve bancal de richesse.
Pensive, je suçote toujours mon doigt, les battements de mon coeur rythmés par le bruit des talons d'Angélique sur le carrelage, alors que je repasse dans ma tête les événements des derniers jours ; j'ai beau chercher, je ne vois pas où est-ce que j'aurai pu fauter. La seule remontrance que j'aurai pu mériter, est celle d'aider Tototte à repriser discrètement une toilette affriolante abîmée au lieu de la laisser se débrouiller ou d'aller confesser les dégâts à Sainte-Grâce ; mais ce fait date de quelques minutes à peine, et notre maquerelle, bien qu'extrêmement douée pour flairer la faute, n'est pas douée du don de clairvoyance. Heureusement.


- Tu as fait quelque chose qu'il ne fallait pas ? me demande soudainement Angélique, semblant lire dans mes pensées.

- Pas que je sache. J'espère juste que les bêtises des filles lors de la dernière sortie, parce que je n'ai pas voulu des sucreries de Saint-Ange, ne lui sont pas parvenues aux oreilles. Je me passerai bien d'un examen médical supplémentaire, répondis-je avec un frisson de dégoût.

Angélique rit.


- Les filles sont idiotes, il y en a toujours une pour hurler au polichinelle dans le tiroir dès qu'une autre a un problème, ou un ongle cassé. Sa Grâce le sait. Et, entre nous, le simple fait de la regarder dans les yeux suffirait à faire avorter n'importe laquelle des filles. Même pas besoin de faiseuse d'anges.

Je glousse, appréciant toujours de pouvoir parler avec Angélique, sans que nous nous méfiions l'une de l'autre. Elle n'est ni mon ennemie, ni mon alliée ; mais elle est une stabilité reposante, dans cette maison de mensonges et de faux-semblants.

- J'te laisse là. Ne fais pas cette tête, ce doit encore être une histoire de miché* qui veut savoir si tu es une vraie rousse, quelque chose comme ça.

Angélique prend mon poignet, et passe un coup de langue sur mon doigt blessé avant de me retourner un sourire de chat.

- Si c'est le cas, je témoignerai !

Je retiens un rire, et la regarde s'éloigner, le coeur un peu plus léger. Puis je frappe sommairement à la porte, et entre sur l'injonction de la propriétaire des lieux.
Le bureau de Saint-Grâce n'a guère changé depuis que je le connais ; c'est une pièce ronde, toujours brillamment éclairée, dans la volonté affichée de Saint-Grâce de traquer la moindre imperfection ou part d'ombre chez ses hôtes et invités. La moquette est d'un rouge sombre, si profond que l'une des histoires préférées des pensionnaires est que la maquerelle l'a choisie en cette teinte afin de pouvoir fouetter au sang ou même égorger des filles un peu trop récalcitrantes sans qu'il n'en reste une trace. Les teintures, d'un rouge dense elles aussi, sont lourdes et presque toujours fermées, masquant le monde extérieur, et nous masquant à lui. Un invraisemblable bric-à-brac d'objets à l'air précieux, raffinés, laqués et brillants occupe l'espace, savamment rangé, exposé, mis en scène, comme par une pie à taille humaine un peu folle, et visiblement obsédée par l'impression d'opulence qui s'en dégage. Sur un petit pouf en chintz, près de la cheminée où crépite un feu, ronflote Sir Oscar, un imposant matou roux tigré et mauvais comme la peste qui, j'en suis presque persuadée, est la seconde âme damnée de Sainte-Grâce, la première étant la personne de Saint-Ange.
Sainte-Grâce, elle, trône derrière son bureau, avec tant de sérieux qu'on dirait Saint-Pierre devant les portes célestes ; ou plutôt, au vu de la maison où nous nous trouvons, Cerbère devant les enfers.
Mais nous ne sommes pas seules, car une jeune femme patiente déjà devant le bureau, debout ; Sainte-Grâce semble toujours penser que les fauteuils - comme à peu près toutes les choses en ce bas monde - sont un luxe que ses hôtes se doivent de mériter.
Je salue ma propriétaire, et rend son regard à l'inconnue, qui m'observe déjà ; comme toutes les filles ici, je répugne toujours à trouver des qualités à la maîtresse de la maison, mais je lui reconnaîtrais toujours un talent assez extraordinaire pour dénicher des pensionnaires pas seulement belles ou atypiques, mais toujours dotées d'un petit quelque chose en plus, cette particule invisible d'extraordinaire ou au moins de remarquable, qui fait se graver leur souvenir dans l'esprit des hommes, qui les fait se retourner sur leur passage.
La nouvelle - on ne me fera pas croire que c'est une domestique - est plus grande que moi, élancée comme un arc qui voudrait caresser le ciel. Là où Angélique est maigre, elle, a des rondeurs légères mais qui font promesse de volupté. Le plus remarquable reste son visage, celui d'une poupée qui aurait grandi, avec une bouche ciselée en délicat pétale de rose. Ses longs cheveux, blonds et mousseux, luisent paresseusement sous la lumière des torchères. Mais c'est son regard bleu, son regard de chat, qui m'interpelle le plus. Nous nous fixons, aucune des deux ne voulant baisser le regard, perdre la première bataille. Je la sens fière, mais méfiante ; l'animal que l'on fait entrer en cage n'a que deux solutions, se terrer au fond, ou se tenir campé devant ses barreaux, prêt à bondir. La nouvelle semble adepte du second choix. Imperceptiblement, je me redresse et la toise, défendant mon territoire, proclamant qu'il est mien, et que dans cette cage, je suis plus puissante. Ici, la tradition de bienvenue est d'affirmer sa position, car chaque nouvelle venue est une potentielle menace. L'amour tarifé est notre gagne-pain, et nous savons fort bien que si ce n'est le temps qui le mettra en péril, une autre concurrente aux dents longues s'en chargera.
Saint-Grâce interrompt notre joute silencieuse en prenant la parole, d'une voix ronronnante de chat satisfait, comme toujours lorsqu'elle ajoute un nouveau bibelot précieux à sa collection - d'objets ou de filles.


- Je te présente Alexandra, me dit-elle. Qui fait partie de la famille, désormais. Une authentique parisienne, ça nous change un peu.

Je ne réponds pas, sachant pertinemment ce que pense Sainte-Grâce des filles de la campagne profonde, comme Tototte ; elle ne les garde que parce que leur charme candide et leurs courbes très généreuses plaisent à certains clients, ainsi que leur parler franc et leur accent mal dégrossi, qu'elles ne perdent jamais tout à fait, comme si elles se raccrochaient désespérément au moindre vestige de leur ancienne vie, de leur véritable identité. Malheur à moi, je ne suis ni vraiment parisienne, ni fille de la campagne ; je suis mâtinée des deux, ce qui fait qu'aucun des deux camps ne m'accepte pleinement.
A côté de moi, Alexandra ne remue ni pied ni patte, dardant son regard extraordinairement clair sur la macasse, qui ne semble nullement l'impressionner. Nous n'avons donc pas affaire à une oie blanche, authentique elle aussi, ce qui est un bon point. Elles passent toujours les premières nuit à pleurer, et mettent les nerfs de tout le dortoir à vif.


- J'aimerai que tu t'occupes un peu d'elle. Que tu lui montres la maison, hm ? Que tu lui fasses part de ton expérience. Saint-Ange s'est déjà chargé de lui expliquer tout ce qu'il ne fallait pas faire, à toi de lui enseigner ce qu'il faut faire, ici.

Je hausse un sourcil d'étonnement poli ; en général, j'ai droit aux nouvelles fragiles, comme Tototte, qui m'idolâtre depuis, car Sainte-Grâce semble penser que je suis la plus diplomate de nous toutes. Etant donné que la nouvelle semble tout sauf effrayée, je me demande pourquoi elle ne la met pas dans les pattes de garces assumées telles que Marie ou Margot, qui excellent dans le petit numéro d'intimidation afin de poser, je cite, "des bases saines et solides". En plus, elles adorent ça.

- J'ai pensé que vous iriez bien ensemble. C'est très difficile de faire une jolie paire harmonieuse avec toi, tu sais ? Tu jures trop avec les autres, et nous n'avons pas d'autre rouquine.

Nous y voilà. Sainte-Grâce ne semble pas abandonner ses étranges obsessions de tableaux vivants, pour lesquels elle paie grassement des photographes et leur attirail étrange, afin de les vendre aux amateurs, et de les envoyer dans toute la France sous forme de carte postale ; ni, bien sûr, sa volonté de satisfaire aux mieux les clients qui, en plus de la qualité, exigent de la quantité. En une seule fois.
Je regarde de nouveau Alexandra, et elle me rend mon regard ; elle semble avoir compris. Si nous allons vraiment ensemble, je ne sais pas ; une rousse aux yeux verts, une blonde aux yeux bleus. Mais peut-être avons-nous le même regard incisif et désabusé, et cela, la maquerelle l'a vu, elle aussi.
J'acquiesce, et m'apprête à sortir du bureau, Alexandra à ma suite ; mais Sainte-Grâce nous retient.


- Tu ne m'as pas dit si tu souhaitais prendre un autre nom ici, ma chère ?

Aucune des filles ici n'arbore son vrai nom, ou son nom complet, et plus largement dans tout le monde de la nuit. Pour ne pas que notre activité rejaillisse sur la famille de laquelle on vient ; pour se détacher de son passé ; pour adopter un nom, surnom unique afin de se démarquer, les plus prisés étant ceux qui vantent les... Compétences particulières de la fille.
Aucune fille ici, sauf moi. J'ai gardé mon prénom et mon nom, bien que ce dernier ne soit pas particulièrement usité. Pas par bravade, mais surtout par vengeance.
Alexandra a un mouvement d'épaule.


- Peu m'importe.

- Alexandra, c'est joli, mais assez commun, dit Sainte-Grâce, songeuse. Pas vraiment dépaysant. L'exotisme, le mystère, ça se vend mieux.

La maquerelle me regarde un instant.

- Puisque tu feras la paire avec Athénaïs... On va opter pour Alexandrie, hm ? On dira que ça se rejoint. Et ces messieurs seront ravis de venir te montrer leur phare. Allez, dehors.

Nous sortîmes, Alexandrie ne manifestant aucune sorte d'émotion. Je me demandais si cette fille en avait déjà trop vu, ou alors, si elle n'était pas une authentique nouvelle un peu trop bravache, tout compte fait.
Je lui fis faire le tour de la maison, ponctuant chaque pièce d'un commentaire tout personnel, polie mais pas chaleureuse. Je la sentais sur ses gardes, et je l'étais aussi. Nous nous jaugions en silence, nous lançant des regards lorsque l'autre faisait mine de regarder ailleurs.
Lorsque la visite toucha à sa fin, je la menais alors dans l'arène, où elle recevrait le baptême ou bien le coup de grâce ; le dortoir.
La rumeur s'était répandue pis qu'une traînée de poudre, et absolument toutes les filles avaient rejoint le dortoir, faisant mine de s'affairer ou bien de discuter ; en réalité, la bande de hyènes attendait la chair fraîche, avide de voir s'il s'agissait d'un prédateur, ou d'une proie.
J'entrai, Alexandrie à ma suite, la présentant et lui présentant succinctement tout le monde, allant rejoindre ensuite mon propre lit, et la livrant en pâture aux regards calculateurs, tranchants et avides. Elle était seule ; à elle de se débrouiller.
J'observais alors, non pas elle, mais les regards de mes condisciples ; Tototte faisait grise mine devant cette superbe fille, grande et élancée alors qu'elle, complexait si fort de se sentir petite et plus tassée. Angélique semblait méditer, peut-être affectée par l'arrivée d'une autre blonde. Les autres jaugeaient Alexandrie, curieuses mais pas hostiles. Seules Margot et Marie se montraient particulièrement attentives, la toisant avec mépris et, je crus le deviner, une once de satisfaction. Ces deux-là avaient la bêtise de ne juger une fille que sur l'étendue de ses appâts et la joliesse de ses traits ; contrairement à elles, Alexandrie avait été très peu gâtée pour ce qui était de la poitrine, et cette constatation semblait mettre les deux pestes en joie - et immensément les rassurer sur la place future de la nouvelle dans le coeur des clients.
Ces deux idiotes n'apprendraient donc jamais ; on ne juge pas autrui, et surtout une fille de joie, à sa joliesse seule, mais à son regard. La plus belle femme du monde ne sera rien, si elle s'en tient à un regard bovin. De même que la laideronne aux yeux d'ange volera pourtant sa part de coeurs.
Alexandrie avait des yeux de lionne, des yeux de fauve en marche, qui avance à pas de velours, empêchant ses longues griffes de cliqueter, de peur de trahir sa vraie nature.
Alexandrie avait mon regard. Et je n'aimais pas ça.


*Miché : client des prostituées.








♦ Bonus ♦


Spoiler:
 








Dernière édition par Ladicius le Jeu 5 Avr 2018 - 0:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/120033498@N03/
Minuit

avatar

Nombre de messages : 521
Age : 24
Localisation : 62
Date d'inscription : 15/02/2010

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Jeu 8 Fév 2018 - 9:30

J'adore ♥ Je m'évade avec tes textes, j'ai l'impression de lire un livre ! Le style est vraiment très bien maîtrisé et il me tarde de lire la suite ! J'adore l'ambiance, les mots utilisés tout!
Et puis avec tes sublimes miss, ça n'illustre que trop bien l'histoire ♥
Bref je suis super fan de l'histoire vivement la suite amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/leech_of_kitsune/ En ligne
Celynette

avatar

Nombre de messages : 11300
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Jeu 8 Fév 2018 - 12:46

la vache ça promet entre elles deux. Le texte est captivant. L'instant de lecture et hop je suis le papier peint de la maison pour les suivre des yeux. c'est trop bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celynettecreations.jimdo.com/
Kuroe

avatar

Nombre de messages : 610
Age : 17
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 10/07/2017

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Jeu 8 Fév 2018 - 13:43

La concurrence arrive on dirait, j'ai peur que la nouvelle intéresse le Baron du coup... :/
AAAHH VIVEMENT LA SUITE !! amour
(Bah bravo je ne peux plus me lasser de ton topic maintenant xD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyu.

avatar

Nombre de messages : 3664
Age : 25
Localisation : Belgique.
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Jeu 8 Fév 2018 - 18:22

Tiens, je sens comme une odeur de rivalité par ici... ^^
J'aime bien la phrase qui termine le chapitre, ça ne va pas être de la tarte entre ces deux-là !

Qu'elles sont belles... ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brie

avatar

Nombre de messages : 1096
Localisation : Suisse
Genre : Pokémon 8D
Date d'inscription : 11/11/2016

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Jeu 8 Fév 2018 - 21:26

Encore une fois, je suis emportée par tes textes. Le langage utilisé nous plonge à chaque fois dans cet univers dont tu es maître. J'adore.
Puis les clichés sont superbes ! Malheureusement je dois admettre que Saint-Grâce a raison, elles s'accordent à merveilles. J'adore encore une fois amour

(de deux Mr.Red)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foxy

avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 03/01/2018

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Jeu 8 Fév 2018 - 21:33

Tout d abord merci pour cette lecture, mon dernier livre de chevet étant terminé, j ai pu avoir mon petit moment lecture du soir😉

J ai cru que tes photos représentaient ta belle rousse et Angélique mais non , en fait c est Alexandrie.
Je ne vois pas tellement ces 2 demoiselles en ennemies , elles auraient beaucoup à se serrer les coudes , elles paraissent tellement complementaires au vu de ton texte.

J aime bien toutes les métaphores et images que tu glisses dans ton texte. 

Les photos en noir et blanc sont  vraiment belles.
Le portrait d Alexandrie est très beau , cette fille est digne de ta description , limite il faudrait lire le texte avant de regarder les photos pour qu' elles prennent tout leur sens.

J aime beaucoup sa wig blonde.

La première photo est vraiment représentatif de cette maison close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nano

avatar

Nombre de messages : 2358
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 16/03/2017

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Jeu 8 Fév 2018 - 21:46

Ah là là je me régale à chaque fois!!!!!!!!!!!!! amour futures amies ou ennemies? Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-de-mademoiselle-nano.weebly.com/
kaléa-chan

avatar

Nombre de messages : 2572
Age : 29
Localisation : Savoie
Genre : Baleine échouée
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Jeu 8 Fév 2018 - 22:04

Wow... J'aime autant le texte que les photos, quel régal de suivre les pérégrinations de ces filles ! (encore que moi j'aimerais bien que tu incarnes la petite Tototte hu hu)
Et une nouvelle fille dans la cage aux lionnes !
J'ai vraiment hâte de lire/voir la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://let-the-shine-bright.blogspot.fr/ En ligne
So'VR

avatar

Nombre de messages : 2408
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Ven 9 Fév 2018 - 15:00

Génial ! admiration
Très intéressée par ton histoire, hâte d'en découvrir davantage sur elles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ladicius

avatar

Nombre de messages : 8439
Age : 26
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Jeu 5 Avr 2018 - 0:14



Réponse aux commentaires :

Spoiler:
 






♦ Les folles nuits de Paris ♦














La lune éclaire,
Messieurs, lame au clair.
La musique s'élance,
Mesdames, entrez dans la danse.
Les folles nuits de Paris
Venez donc vous enivrer à l'envi.
Battez le pavé avec rage
Jusqu'à ce que vos reins soient en nage
Laissez-vous porter par l'ivresse
Ce soir, nous serons vos déesses.
Ce sont les folles, les folles nuits
Les danses d'amour effrénées, que le monde entier nous envie.






A bientôt pour un nouveau chapitre, plus long cette fois-ci !





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/120033498@N03/
Nano

avatar

Nombre de messages : 2358
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 16/03/2017

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Ven 6 Avr 2018 - 19:33

Wouaou wouaou wouaou!!!! J'adore tout, les photos, le poème!!! Quel régal!!! amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-de-mademoiselle-nano.weebly.com/
Zelda.H

avatar

Nombre de messages : 3420
Age : 53
Localisation : RP
Date d'inscription : 28/09/2012

MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   Ven 6 Avr 2018 - 19:43

Belle lumières pour belle fauve !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠   

Revenir en haut Aller en bas
 
♠[Maison de Tolérance]Les Folles Nuits de Paris[Feeple²]P.5♠
Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nostalgie ( maison abandonnée )
» Liste des endroits où nous trouvons du Luville
» [Collection] La Frégate (Bonne Presse)
» [collection] Collection Bayard (Bonne Presse)
» Maison des réfugiés à Paris : discrimination anti-SDF français , irresponsabilité sanitaire, « jus de merde »…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel Celeste :: Ball Jointed Dolls en résine :: Vos BJD - galeries des membres-
Sauter vers: