Materiel Celeste

Forum francophone pour les collectionneurs et créateurs de poupées
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦

Aller en bas 
AuteurMessage
Ladicius

avatar

Nombre de messages : 8559
Age : 27
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   Mar 31 Juil 2018 - 23:24



♦ Murmures des Éternels ♦








"Il est une race dont les dents sont des glaives et les mâchoires des couteaux, pour dévorer le malheureux sur la terre et les indigents parmi les hommes."


- Proverbes, 30:14





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/120033498@N03/
Ladicius

avatar

Nombre de messages : 8559
Age : 27
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   Mar 31 Juil 2018 - 23:25





♦ L'Agnelle Sanglante ♦






















"Il est une race dont les dents sont des glaives et les mâchoires des couteaux, pour dévorer le malheureux sur la terre et les indigents parmi les hommes."

- Proverbes, 30:14

"Seulement, garde-toi de manger le sang, car le sang, c'est l'âme ; et tu ne mangeras pas l'âme avec la chair."

- Deutéronome, 12:23



Lucrecia raconte...



 "Combien de fois ai-je entendu ces paroles tirées du Livre Saint ! Et combien de fois ai-je vu les hommes comme les femmes se signer à leur évocation, sous les voûtes séculaires de l'église !
Valeyrian s'est toujours défié de mon attirance presque obsessionnelle pour les lieux saints. Il s'opposait au début à me laisser sortir du domaine, mais n'eut d'autre choix que de m'ouvrir les grilles certains jours, après qu'un colporteur aie aperçu la blondeur de mes cheveux par la fenêtre. La nouvelle avait vite fait le tour du bourg, et Valeyrian répugnait à laisser croître de nouvelles rumeurs sur son compte, déjà fort mis à mal. Pensez-vous ; un jeune homme pâle comme la mort, qui vivait solitaire, perché sur le domaine séculaire en haut du bourg comme un corbeau sur un faîte, paraissant plus volontiers à la nuit tombée, aux yeux et aux ongles brillants comme des miroirs sous la lumière... On disait qu'il commandait aux loups et aux freux, et qu'il n'était pas chrétien. On disait même pire, sous le couvert de la main. Mais mon frère n'a jamais commandé aux animaux de la nuit ; tout au plus goûtait-il leur présence. Quand à l'hérésie, eh bien... Il est d'ordinaire difficile de convaincre notre race de fréquenter les églises, emplies de crucifix et d'eau bénite propre à la blesser.
 Les habitants me virent bientôt paraître presque chaque dimanche à l'église, pour la grande messe. J'étais cette pâleur blonde souvent dissimulée sous son ombrelle de dentelles noires, aux longues mains gantées et aux gestes emprunt d'une étrange langueur, accroissant les rumeurs de ma faible santé et de ma piètre constitution, qui faisaient de moi la jeune sœur souffreteuse du seigneur de la colline. Si mon frère était craint, voir peu aimé, jamais je n'attirai des œillades méfiantes ou des commérages peu flatteurs. Je portais sur moi l'innocence d'un ange de Dieu, je le savais et je m'en servais. De tout temps, jamais l'agneau ne fut soupçonné. Les sœurs bénédictines du couvent voisin de l'église me trouvaient des airs de Madone, et encensaient mon apparente piété. Jamais je n'oublierai la colère de Valeyrian lorsqu'elles eurent l'audace de me mander comme modèle pour Marie, en vue de la restauration des fresques du couvent. Mon frère interdisait formellement que l'on reproduise notre image, à lui et à moi, de quelque manière et en quelque lieu que ce soit. Toute jeune, je n'avais pas compris pourquoi ; maintenant, je sais qu'il craignait que notre image traverse les siècles au gré des remous humains, et croise de nouveau notre route des années plus tard, nous retrouvant inchangés et devenant de ce fait profondément embarrassantes. A compter de ce refus, une rumeur couru comme quoi il me séquestrait dans l'une des tours, veillant jalousement sur moi et ne voulant se défaire de ma présence. C'était partiellement vrai ; Valeyrian me protégeait, comme un loup les siens, et comme eux, il n'aurait pas hésiter à mordre. A tuer, même.

 Mais loup, louve, je l'étais aussi. Comme le disait les textes religieux, mes dents étaient des glaives, et je dévorais le sang au lieu de la chair. Au plus profond de moi, je me sentais hérésie et abomination, profondément contraire à la nature. Pourquoi n'avais-je pas l'aspect d'une bête, puisque je me nourrissais comme une bête ? Pourquoi la plus jeune sœur du couvent, à l'âme si pieuse et bonne, était affligée de tant de disgrâces physiques, tandis que j'offrais au monde une beauté immaculée, qui enveloppait une âme noire et sans fond ? J'avais lu dans des études que certains animaux disposaient d'armes de séduction propres à leur espèce pour attirer et piéger leurs proies, comme cet abominable poisson des abysses, dont le croquis m'avait tant révulsée, qui attirait ses victimes par une petite lumière éclatante perchée au-dessus de sa tête, alors que sa face était si laide. Étais-je donc ce genre de prédateur ?
Car personne ne se méfiait de moi, jamais. Au contraire, on me traitait avec un mélange de respect, d'admiration et de pitié, me prenant pour une aristocrate dramatiquement affligée d'une santé très vacillante, comme une jolie chandelle qu'on aurait eu peur de souffleter, de crainte qu'elle ne se rallume jamais. J'approchais qui je voulais, alors que mon frère suscitait la défiance, bien qu'il connût toujours un succès certain auprès des femmes, la brillance de ses yeux extraordinairement bleus, dans son visage hâve et sombre, les attirant comme la crème attire les chats. Je séduisais et saignais des familles entières, ne renonçant à toucher que les enfants encore vagissants au berceau. Je touchais leur cœur et les vidais un à un, sur des semaines, sur des mois. Jamais je ne fus soupçonnée, et je chantais même une ode en leur mémoire lors de certaines funérailles. Ma voix emplissait alors les lieux saints, s'envolant jusqu'aux voûtes de pierre comme un oiseau trop longtemps encagé, faisant bondir mon cœur froid comme s'il battait encore, menaçant de me tirer des larmes vermeilles propres à me trahir. Valeyrian souffrait de me savoir dans une église, et quelque fois il vint m'en tirer lui-même, franchissant les lourdes portes avec autant d'aise qu'un chat échaudé s'approchant d'un bassin. Sans jamais en avoir eu le récit complet, je le savais être passé par de terribles souffrances en des lieux saints, et je devinais, au fond de lui, qu'il avait profondément renié Dieu. Les vitraux, lorsqu'ils étaient frappés par le jour, blessaient ses yeux, l'encens contrariait sa gorge, et la vue des croix meurtrissait son âme, si âme nous avions encore. Valeyrian ne comprenait pas ma constance à fréquenter les lieux, et je n'osais lui avouer que je cherchais tout bonnement des réponses, que la lecture de la Bible n'avait pu m'apporter. Étions-nous vraiment un produit du Malin, ou étions-nous simplement une autre race, ostracisée et crainte par les hommes, à l'instar de celle des loups ? Je savais que ces derniers n'étaient que des animaux, agissant et réagissant en bête, comme n'importe quel prédateur, et non les créatures du Diable, comme en étaient persuadées les campagnes. Mais nous, qu'étions-nous ? De simples prédateurs, ou un Mal profondément ancien ? Mon frère avait-il mal au contact de la croix parce qu'il croyait en Dieu, ou parce que Dieu croyait véritablement en lui ?

 Chacune de mes crises religieuses coïncidaient avec un carnage sanglant. J'avais beau me surveiller, me contrôler du mieux que je le pouvais, arrivait toujours une nuit ou Valeyrian devait partir à ma recherche, pour me retrouver ensanglantée de la tête aux pieds, errant souvent parmi les tombes de l'ancien cimetière où j'avais pris pour habitude de me réfugier après avoir assouvi ma trop grande faim, rôdant entre les tombes craquelées et les herbes folles, les pieds nus et la soie de ma robe de nuit frissonnant dans le vent, mes cheveux flottant comme une bannière de lumière autour de mon visage hâve, comme en transe. Valeyrian me prenait dans ses bras et me ramenait au domaine, souillant ses propres vêtements du sang frais qui maculait les miens, et dont j'avais déjà presque oublié la provenance. Il me portait comme une poupée de son, une poupée glacée et comme morte, bonne à descendre au tombeau. Seul notre valet nous voyait passer, coutumier de ce macabre spectacle, du grand jeune homme serrant une frêle silhouette blonde entre ses bras, qui semblait agoniser. Chaque fois, Valeyrian arguait qu'il ne me laisserait plus chasser sans lui, tout en sachant pertinemment que seul l'enfermement pouvait m'empêcher d'aller répandre le sang lors de mes presque transes, et auquel il ne pouvait que très difficilement se résoudre. Je n'avais jamais oublié mon réveil, ma seconde naissance, après ma mise au tombeau ; oh, comme j'avais hurlé entre ces murs de pierre profondément enfouis, empêtrée dans ma livrée plus blanche encore que ma peau, usant mes ongles contre la porte de fer empêchant les morts de se relever. J'avais toujours dit à Valeyrian que m'enfermer encore, serait me tuer une seconde fois, et je crois qu'il le savait.
Quel spectacle nous offrions, lui, le siècle encore debout, l'homme éternellement jeune et entouré de ténèbres, et moi, l'agnelle sanguinaire, qui offensait chaque jour le Créateur en marchant sur terre, sous l'apparence de l'une de Ses brebis, brebis qu'elle saignait comme un loup...
"



A suivre...






Dernière édition par Ladicius le Mer 1 Aoû 2018 - 12:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/120033498@N03/
Aki

avatar

Nombre de messages : 852
Age : 32
Localisation : Brest-même
Genre : Minéral
Date d'inscription : 06/09/2008

MessageSujet: Re: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   Mer 1 Aoû 2018 - 11:32

J'aime beaucoup le texte.
Et la vampire (Lucrecia, donc) est vraiment jolie, avec son petit air naïf et enfantin, j'adore sa bouche ! On lui donnerait le bon Dieu sans confession !
C'est quoi, comme modèle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tentacule

avatar

Nombre de messages : 848
Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: Re: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   Mer 1 Aoû 2018 - 11:54

Ton texte est superbe, j'adore ! C'est très bien écrit. Et puis tes deux vampires bah, ils sont sublimes, que dire de plus ? amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hotaru

avatar

Nombre de messages : 463
Age : 31
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   Mer 1 Aoû 2018 - 13:47

Tes dolls et tes make ups sont vraiment magnifiques admiration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nano

avatar

Nombre de messages : 2719
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 16/03/2017

MessageSujet: Re: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   Mer 1 Aoû 2018 - 18:22

Mais quel beau texte!!!!!! On a envie de lire la suite!!!!! amour Je suis fan de cette fratrie aux dents aiguisées, Lucrecia est superbe!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-de-mademoiselle-nano.weebly.com/
Koikokoro

avatar

Nombre de messages : 2570
Age : 29
Localisation : Gers (32)
Date d'inscription : 29/03/2013

MessageSujet: Re: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   Dim 5 Aoû 2018 - 11:15

Ils sont tellement beaux tous les deux ♥
J'aime énormément ton texte et j'attends la suite avec impatience !


Dernière édition par Koikokoro le Ven 14 Sep 2018 - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.flickr.com/photos/100045711@N03/
bribri mas

avatar

Nombre de messages : 100
Localisation : sologne
Date d'inscription : 20/10/2017

MessageSujet: Re: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   Dim 5 Aoû 2018 - 19:15

J'ai eu beaucoup de plaisir à ton lire ton texte ,et j'aime les histoires de vampires,
Tes dolls sont très belles .La jeune Lucrecia semble avoir un avenir terrible et magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brie

avatar

Nombre de messages : 1159
Localisation : Suisse
Genre : Pokémon 8D
Date d'inscription : 11/11/2016

MessageSujet: Re: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   Ven 14 Sep 2018 - 16:28

Pour commencer, tes photos sont très impressionnantes ! Valeryan paraît si protecteur, si sombre et menaçant ainsi derrière elle mais quand on en apprend davantage, on arrive par la suite à déceler l'amour inconditionnel qu'il éprouve pour sa sœur. Les photos sont vraiment superbes ♥ Et ce petit nez rond en trompette avec ses tâches de rousseurs et cette bouche...gniiih j'en suis friande amour

Ensuite concernant le texte; Le temps de ma lecture j'ai vraiment été propulsée dans son époque. Je pouvais presque sentir l'encens d'église et toucher l'étoffe de ses robes. C'était purement dans son jus et tout bonnement parfait. J'ai adoré ♥

J'espère que tu nous gâteras encore davantage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦   

Revenir en haut Aller en bas
 
♦ [Murmures des Éternels] L'Agnelle Sanglante [Vampires²] ♦
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♦ Nowe [Soom Grit/Pixiu] Make-up - bas p1 ♦
» Livres - "La poupée sanglante" / "La machine à assassiner" de Gaston Leroux
» Arène sanglante
» LES AVENTURES DE VICKI NELSON (Tome 2) PISTE SANGLANTE de Tanya Huff
» La poupée sanglante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel Celeste :: Ball Jointed Dolls en résine :: Vos BJD - galeries des membres-
Sauter vers: