Materiel Celeste

Forum francophone pour les collectionneurs et créateurs de poupées
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Brie

Brie

Nombre de messages : 1520
Localisation : Suisse
Genre : Pokémon 8D
Date d'inscription : 11/11/2016

♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦   ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 EmptyMer 13 Mar 2019 - 19:50

J'étais passée sur ton topic via mon portable mais je reviens afin de laisser un petit commentaire Mr.Red

Elle me fait teeeellement penser à la toute vieille version du conte de la Belle au Bois dormants avec ce côté très coloré et "vintage" "nostalgique" des princesses d'antan avec les couleurs et les "frous-frous". En bref, tu me vends du rêve encore une fois haha Mr.Red

Puis en lisant les propos de cette séance, la phrase la plus simple qui me vienne c'est "Les vampires aussi ont le droit de rêver"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celeste-papillon

celeste-papillon

Nombre de messages : 2411
Localisation : Clermont-Fd
Date d'inscription : 04/06/2010

♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦   ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 EmptySam 23 Mar 2019 - 18:27

On dirait vraiment que cette tenue a été faite pour elle, elle est superbe dedans!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celeste-papillon.blogspot.fr/
NingyouMoumoku

NingyouMoumoku

Nombre de messages : 2196
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/08/2010

♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦   ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 EmptyMar 28 Mai 2019 - 11:12

Tes séries sont divines, on est complètement imprégné des personnes et de leurs émotions.
C'est comme si on était avec eux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ladicius

Ladicius

Nombre de messages : 8906
Age : 27
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 13/05/2009

♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦   ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 EmptyVen 12 Juil 2019 - 23:43


Réponse aux commentaires :


Spoiler:
 



Avec beaucoup de retard... Nous revoilà !
Je n'ai pas abandonné ce topic, certes non, mais le prochain chapitre que je développais est tombé à l'eau, car la troisième doll, acquise exprès en février, qui devait y participer ne collait finalement pas. C'est dommage car je comptais beaucoup dessus, je voulais développer ça depuis que j'ai commencé ce topic avec dans l'idée de rajouter un ou deux compères. Qu'à cela ne tienne, je garde le texte au chaud pour une prochaine fois, car j'ai peut-être trouvé le bon remplaçant. Si vous êtes curieux, je vous ai mis une photo en spoiler de la doll qui n'a pas fonctionné, ça devrait vous donner une petite idée de la suite !

En attendant, quelques nouvelles de Lucrecia et de Valeyrian, avec une suite découpée en deux parties. La petite vampire a changé de wig depuis, je n'ai pu résister lorsque je l'aie vue, je crois qu'elle est vraiment complète maintenant.

Bonne lecture !



♦ L'Âme ardente du Collectionneur ♦





♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 33821491018_aed5ffe4ac_c





Lucrecia raconte...




"Avez-vous déjà traversé la mort ?
Non, bien sûr que non. Sinon, vous ne seriez pas là, à lire ce journal. Pas sans que les griffes de Valeyrian ne vous déchiquettent pour ce crime, en tout cas.
Ainsi, vous n'avez jamais traversé la mort. Mais vous l'avez sûrement déjà vue, sentie, touchée. Découverte avec cette révulsion propre à l'humain, qui se révolte devant ce qui, pourtant, l'attend plus tard. Comme si cela pouvait changer quelque chose. Le vivant s'agite toujours devant la mort, qui elle restera inerte à tout jamais. Comme pour se conforter dans son idée de contraire absolu.
La mort, donc. Ce soudain accès au néant, souvent non désiré. Prématuré. Qui amène avec elle cortège et fleurs, pour les plus chanceux. Ignorance et oubli, pour ceux qui le sont moins. Mais toujours cette même finalité, que l'on soit riche ou pauvre, jeune ou vieux ; le froid de la tombe et le repos sous la terre.
Enfin... Pas toujours.
Mon espèce est, par essence, la mort qui marche. Nous l'avons traversée, mais n'en sommes pas tout à fait revenus ; ceci est l'apanage du Christ seul, à en croire les Écritures. Ainsi, nous mourons en tant qu'humains de chair et de sang, pour renaître sous une forme différente, une forme de ténèbres. Et contrairement à ce que semble penser la croyance populaire, ceci n'est pas une paisible traversée sur la barque noire de Charon ; oh non.
Mille fois non.

Pour mon cas, la mort fut évidemment prématurée. Qui pense sérieusement à la fin, alors que l'on est dans la fleur de l'âge, je dirai même encore en pleine éclosion ? Pas moi. Je ne pensais pas à la mort, en ce temps-là, hormis lorsqu'elle s'invitait parfois dans la famille, dans le voisinage. C'était toujours quelqu'un d'autre, loin de moi. Pour un temps, je revêtais le noir et songeais à la fin de toutes choses, mais redevenais ce que j'étais le mieux une fois le cortège funèbre éloigné ; insouciante.
Quel âge avais-je, à cette époque ? Cela me semble un si petit nombre, à présent. Si dérisoire au regard des ans que j'ai maintenant accumulés ! Je devais approcher les quatorze, quinze printemps. Printemps est une expression toute désignée ; j'étais bel et bien une fleur, une jeune pousse qui ne demandait qu'à éclore et se gorger de l'existence. Comme l'avenir me semblait alors radieux, dans cette vaste plaine qu'était encore la fin de mon enfance. Pas vraiment de nuages à l'horizon, et d'adorables tracasseries juvéniles, qui me semblent bien vaines aujourd'hui. Je vivais quasiment au jour le jour, et m'étourdissais encore dans des jeux, qui à l'instar de nos rondes enfantines, me transportaient d'allégresse. J'aimais mes parents, mes amies, et c'était très bien comme ça. Lorsqu'on est si jeune, on se figure que la vie ne sera jamais autrement.
Au fond, qu'est-ce qui a véritablement fait pencher la balance ? J'étais une grande enfant comme les autres, rien en moi n'appelait à une destinée autre que celle que j'aurai dû avoir - en bon comme en mauvais. Lorsque le sort m'a frappée, j'aurai dû m'incliner et m'éteindre, car je n'étais rien de plus qu'un énième grain de poussière dans cet univers, dont l'existence lui importe peu. D'autres enfants, plus jeunes, ou plus beaux, ou plus aimés que moi avaient quitté tôt cette terre, sans que personne ne vienne les sauver.
Et pourtant, on m'avait sauvée. Si "sauver" est véritablement l'expression qui convient le mieux...
"On" se référait bien sûr à Valeyrian. C'est lui qui m'a engendrée, comme on dit des enfants de la nuit ; il est mon second père, le père éternel, celui à qui je dois cette nouvelle vie d'obscurité. Or, je ne connaissais pas Valeyrian dans ma vie d'avant ; je ne l'avais même jamais aperçu. Pour moi, les vampires étaient des monstres de folklore, conviés parfois dans nos cercles enfantins pour se faire peur, et rien de plus. Je croyais déjà passionnément au Ciel et à l'Enfer, mais pas à ces créatures fantasmées dont je préférais rire. Si seulement j'avais su.
Pourtant, si moi je ne l'avais jamais vu, lui me voyait souvent, il me l'avouerait plus tard. Il était l'ombre qui ne rôdait jamais bien loin, suivant mes pas, observant mes gestes d'humaine, ceux qu'il ne possédait plus. D'aucuns trouveraient sans doute cette idée malsaine, et je ne pourrais qu'acquiescer, si cela avait été vrai ; mais Valeyrian n'était rien de plus qu'un collectionneur, un artiste à l'âme torturée, et non un dévoreur de petites filles, comme certains auraient pu le croire. Non, Valeyrian ne m'a jamais touchée, et jamais il ne le fera ; je ne suis que le bibelot le plus précieux de sa collection qui s'étire au travers des siècles. Un bibelot pour qui il se damnerait une seconde fois.
Alors, qu'est-ce qui a fait pencher la balance en ma faveur ? A en croire Valeyrian, ce fut d'abord la blondeur de mes cheveux. La blondeur des anges, comme on me le disait parfois. J'avais été la seule à hériter cette blondeur de ma grand-mère, qui arborait à présent une longue rivière d'argent. Fierté de mes parents, elle était devenue ma fierté à mon tour, en miroir, et je ne compte plus les heures que j'ai passé à la brosser, la peigner et la lustrer, la comparant dans le secret de mon cœur à celle de la Madone, dont on me disait parfois l'exacte réplique.
Valeyrian est un être de ténèbres, il l'a toujours été. Il est ce papillon de nuit qui se font dans l'ombre, qui ne peut que vivre dans la nuit la plus noire, mais qui se retrouve toujours désespérément attiré par la lumière. Nous autres, créatures de l'obscurité, nous possédons une vision plus sensible, plus acérée que celle dont nous jouissions en tant qu'humains. Notre vision est un enchantement de couleurs et de formes pures, nous distinguons des teintes que les hommes ne soupçonnent même pas, et ce même les plus aguerris des peintres. Cette chevelure trop blonde luisait comme une flamme d'or pour lui, éclairant une obscurité devenue terne et fade. Et cette blondeur, je sais que Valeyrian n'a jamais réussi à la recréer avec ses pinceaux.
Ainsi, il s'attacha à mes pas, me considérant comme sa chandelle toute personnelle. Mais sans doute se serait-il lassé au bout d'un temps ; nous nous lassons vite, surtout lorsque nous sommes vieux. Il nous faut un perpétuel recommencement, il nous faut de nouveau être séduit par ce monde, afin de garder l'envie de l'arpenter.
La balance pencha un peu plus lorsqu'il m'entendit chanter - je continue de rapporter ses dires. Valeyrian, je l'ai déjà dit, abhorre les églises et les lieux saints, où il éprouve une réelle souffrance. Mais au fond de lui, son âme d'artiste, son âme assoiffée de ce qui est beau, pur et transcendant, voue une passion dévorante aux chants liturgiques, aux chants qui parviennent à faire croire en Dieu, à rendre un instant le monde beau et grand. Or, à cette époque, je chantais souvent, y compris seule dans notre petit jardin enclos, ou bien dans ma chambre. Ainsi, il pouvait nourrir son âme sans risquer d'être meurtri dans sa chair, dans son être, simplement en m'écoutant chanter ce à quoi il avait cru pouvoir renoncer. Oh, je n'étais pas une chanteuse extraordinaire, je n'étais pas destinée à une grande réussite, et un opéra n'aurait sans doute jamais voulu de moi... Mais je chantais avec l'ardeur de l'innocence. Quelle force ont les prières lorsque ce sont celles des enfants ! Elles pourraient transpercer le monde, fléchir un dieu, faire pleurer les montagnes. Rien n'est plus pur qu'un jeune cœur encore trop ignorant des salissures du monde qui l'entoure.
Ainsi, malgré moi, sans rien en savoir, je fus l'élue. Je fus celle que Valeyrian remarqua et se mit à chérir, déjà comme une poupée vivante dont il ne se lasserait jamais. Aujourd'hui, alors que j'écris ces lignes, une question se pose ; si le sort ne m'avait pas frappée, qu'aurait-il fait ? Qu'aurait-il réellement fait ? Ma valeur, à ses yeux, allait de paire avec mon âge tendre, qui me rendait alors parfaite et brillante, avant que quelques années de plus ne me transforment en adulte perdant son éclat, son insouciance et son cœur naïf et trop tendre.

M'aurait-il vraiment laissée vieillir, puis retourner à la poussière, comme tout un chacun ?

Alors que cette question me taraude soudain, comme elle le fait parfois, revenant s'inviter lors des soirs où je laisse mon esprit morose battre la campagne, je dois poser ma plume. Le récit de ma mort viendra après... Après, lorsque je trouverai la force de me le remémorer de nouveau pour le coucher sur le papier, pour les siècles à venir."





A suivre...



Alors ! Est-ce qu'elle vous dit, prochainement et sans retard, cette suite ? Wink



• Bonus : l'ex-doll à venir •


Spoiler:
 



♦

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/120033498@N03/
Nano

Nano

Nombre de messages : 3887
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 16/03/2017

♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦   ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 EmptySam 13 Juil 2019 - 18:56

Oui oui oui on veut le suite!!!!!!! bounce bounce bounce
Lucrecia est superbe avec cette wig amour Et lex-doll à venir présage une suite très intéressante!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-de-mademoiselle-nano.weebly.com/
Karamelbarbaris

Karamelbarbaris

Nombre de messages : 2306
Age : 28
Localisation : Bretagne
Genre : ★ Princesse ★
Date d'inscription : 27/01/2012

♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦   ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 EmptyDim 14 Juil 2019 - 20:24

Tes histoires me transportent à chaque fois ! J'aime énormément les réflexions de Lucrecia et la façon dont elles sont écrites.
Bien sûr qu'on veut une suite, j'ai vraiment hâte d'en lire plus I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/128829020@N04/
Celynette

Celynette

Nombre de messages : 13890
Localisation : à la Fairie, 3e cailloux après le petit bois à coté du champignon gris.
Date d'inscription : 10/11/2008

♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦   ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 EmptyLun 15 Juil 2019 - 9:45

wahou, je viens de tout lire.
tout est beau, les textes, les photos, les tenues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celynettecreations.jimdo.com/
Contenu sponsorisé




♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦   ♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦ - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
♦[Murmures des Éternels]L'Âme ardente du Collectionneur♦P.3♦
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Murmures à la fontaine
» Sans pire éternels voeux
» [J'ai lu] Dans les bois éternels de Fred Vargas
» DU DOMAINE DES MURMURES de Carole Martinez
» LES MURMURES DE LA TERRE de Véronique Biefnot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel Celeste :: Ball Jointed Dolls en résine :: Vos BJD - galeries des membres-
Sauter vers: