Materiel Celeste
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Materiel Celeste

Forum francophone pour les collectionneurs et créateurs de poupées
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 Intérieur Noir
3.07 €
Voir le deal

 

 •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ladicius

Ladicius

Nombre de messages : 9193
Age : 28
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 13/05/2009

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptySam 15 Fév 2020 - 0:17



• La Grand-Chasse •



•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Dsc_0832




Qui traque qui, sinon les flammes et les ombres ?




Bienvenue dans ce nouveau topic "roman", destiné à un récit unique étalé en plusieurs chapitres.


Je préviens tout de suite ;


- L'histoire retranscrite ici est susceptible d'heurter la sensibilité des jeunes lecteurs (grossièretés, langage cru, contenu adulte - dans la limite du raisonnable), je ne suis pas responsable des âmes innocentes.

- Le rythme de parution sera complètement aléatoire, j'essaierai de ne pas trop tarder entre chaque post !



• Pour d'autres histoires, je vous invite sur mon autre topics en cours, dédié à d'autres thèmes, univers et personnages •


- "Murmures des Éternels" (Vampires)



Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture.
Vos retours, critiques, appréciations, sont vivement encouragés, comme pour tout travail d'écriture que je fais !





Dernière édition par Ladicius le Sam 13 Juin 2020 - 22:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/120033498@N03/
Ladicius

Ladicius

Nombre de messages : 9193
Age : 28
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 13/05/2009

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptySam 15 Fév 2020 - 0:17



~ Chapitre I : Une arrivée remarquée ~





•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Dsc_2040

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Dsc_2042

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Dsc_2041

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Dsc_2122


Ce soir-là, tout comme les précédents, la Grand-Loge bruissait d’une agitation fébrile, entre feux de cuisine et conversations promettant de finir avinées, entre fourbis des armes que l’on estimait avoir trop longtemps gardées au fourreau, entre rires tonitruants et interpellations colériques, prémices de querelles provoquées par l’ennui.
 Et ce soir-là, tout comme les précédents, chaque clan restait replié sur lui-même, leurs membres resserrant les rangs et ne se mêlant que rarement aux autres, et encore moins aux proscrits et aux vagabonds. Les démonstrations de force et autres provocations sans aucune subtilité n’en finissaient plus, et on comptait déjà de sévères accrochages entre plusieurs clans rivaux – assez sérieux pour faire couler le sang, trop superficiels pour causer des morts.
 Pourtant, ce n’était pas faute de place pour tout ce monde rassemblé ; la Grand-Loge en elle-même était un vaste édifice, presque un palais de bois et de pierre, chauffé jour et nuit pour contrer le froid qui s’insinuait partout, prolongeant la vie des dernières neiges qui bordaient encore les chemins. Seule l’élite avait pu y établir ses quartiers, les autres participants et les retardataires devant se contenter des grands baraquements dans les champs tout autour, comme autant de champignons de bois plantés un peu de guingois où l’on entretenait aussi des feux sans discontinuer. La cour de la Grand-Loge – une vaste étendue terreuse à vrai dire, le terme cour étant un brin pompeux – s’était peu à peu transformée en marécage au fil des jours, au fur et à mesure que toujours plus d’hommes et de femmes se joignaient aux réjouissances. Bottes, sabots, rixes, cendres, pluie et fonte des neiges l’avaient transformée en un terrain spongieux et collant, mais personne n’avait eu envie de déplacer le campement ailleurs. Car peu importait la Grand-Loge ou les baraquements, qu’on ne rejoignait que pour dormir ou cuver son vin ; le cœur du rassemblement, c’était bel et bien ce marécage où l’on entretenait d’immenses feux nuit et jour, autour desquels on mangeait, parlait et buvait, de l’aube jusqu’à l’aube suivante, sans discontinuer. L’attente commençait à être longue, elle pesait sur les épaules de tous, aiguisait l’excitation et usait les nerfs. Les retardataires étaient de moins en moins bien accueillis, voir conspués. Le recensement, dûment mené, était consulté d’heure en heure, et tous s’impatientaient.
 Quand pourrait-on enfin commencer ?
— Pas avant une semaine encore, si ça continue comme ça, renâcla Orsk, occupé à déchiqueter un pilon de poulet avec un appétit que lui aurait envié une meute de chiens affamés. Ces foutus retardataires n’ont pas l’air de vouloir se presser. J’ai dit à Haynder d’envoyer quelques éclaireurs pour voir s’il y en a pas qui ont cané en route. J’vois que ça pour que ces culs mouillés soient autant à la traîne.
— Les cols sont très enneigés cette année, fit Salsgard, ses longs cheveux gris se confondant avec son épais manteau en fourrure de renard polaire dans la pénombre. C’est une difficulté de plus. Le chemin n’est pas le même pour tout le monde.
— Ha ! Si tu parles du Col de l’Ours, il n’y a que ces connards des Marches du Nord qui sont censés l’emprunter, et ces types-là passent leur vie dans la neige. C’est pas un col enneigé qui va leur faire peur. M’est plutôt avis qu’ils se foutent de nous ou qu’ils ont donné la chasse à un autre clan sur le chemin.
— Le clan des Îles du Sud manque aussi à l’appel, remarqua Brâm. Avec un peu de chance, eux et les Marches se sont enfin tombé sur le râble.
 Orsk ricana, et attrapa un autre pilon, avant que l’un des gigantesques battoirs qui lui tenaient lieu de main ne s’abatte sur le bras d’une femme qui passait.
— Hé, ma mignonne. Va donc nous chercher de quoi nous rincer, mes compagnons et moi.
 La femme le regarda avec mépris. La lueur des flammes dansait sur son visage, révélant par intermittence les entrelacs sombres des tatouages tribaux qui en recouvraient une partie.
— Lève donc le tas de graisse qui te sert de cul et va t’en occuper toi-même, foutu soiffard.
 Elle se dégagea et cracha aux pieds d’Orsk avant de s’éloigner, le pas raide. Orsk poussa un sifflement moqueur, alors que Salsgard souriait un peu.
— Tu viens d’appeler une guerrière du clan des Monts ma mignonne ? La vie a-t-elle finit par te lasser, mon frère ?
— Ta vue baisse, mon vieux. Une demi-portion comme ça, guerrière ou pas, ça se mange sans faim.
— Toujours est-il que tu confonds encore guerrière et bonniche, Orsk. Même un marcassin fait preuve de plus d’esprit que toi, intervint doucement Heimdall.
 Il regardait Orsk avec un léger sourire, mais ses yeux ne riaient pas. A vrai dire, il lui devenait de plus en plus pénible de supporter la compagnie de ce géant mal léché, qui était de toutes les rixes et de toutes les insultes depuis qu’ils étaient arrivés. Orsk était un allié intéressant lors de longs cheminements peu sûrs ou de batailles, mais son utilité s’arrêtait là. Sa compagnie se révélait plus pesante qu’un troupeau d’ânes morts.
 Orsk renâcla, piqué au vif.
— Tu sais très bien ce que je pense de la présence de ces femelles ici. Elles peuvent arborer autant de tatouage et de putain de tresses qu’elles veulent, elles restent des éléments faibles, pénibles, et pas dignes de ce qu’on s’apprête à faire. Chez moi, elles savent rester à leur place – dans la hutte ou dans ma couche.
— Fais attention, Orsk… Si elles décident de te corriger, « femelles » ou pas, tu as plus de chance de pisser rouge et d’avoir tes propres dents plantées dans le cul les trois prochains jours que de t’en tirer aussi bien que tu le prétends.
— J’t’ai rien demandé, le joli cœur. Continue à leur faire les yeux doux si tu veux, mais tu verras que ces foutues mégères sont des ingrates, et qu’elles déclencheront un bordel sans nom lorsqu’on lèvera enfin le camp.
— Je ne leur fais pas les yeux doux, Orsk… Je fais simplement preuve de politesse. Tu sais, le mot en « P » que la trolle qui te sert de mère a oublié de t’apprendre.
 Salsgard et Brâm ricanèrent, et les petits yeux d'Orsk se plissèrent dans sa large face couturée de cicatrices, devenant plus minuscules encore.
— J’ai pas encore assez bu pour t’en coller une, Heimdall, mais continue à me braire dans les esgourdes, et parole, je t’allonge dans la merde par terre avec un seul coup de poing.
 Les coins des lèvres d’Heimdall frémirent.
— Je ne m’allonge jamais le premier soir, Orsk, tu devrais le savoir.
 Laissant Salsgard ricaner de plus belle et Orsk vociférer, Heimdall quitta le rondin qui lui servait de siège et s’enfonça dans la nuit, quittant la proximité immédiate des grands feux de camp et l’odeur alléchante des viandes que l’on y rôtissait pour s’approcher de deux hommes gardant un feu bien plus modeste, frissonnant tout de même sous leurs épaisses fourrures qui leur conféraient une carrure encore plus imposante.
— Du nouveau, les gars ? Qui est arrivé ce soir ?
— Quelques jeunots des Monts. Ils se sont pris une sacrée danse, je crois pas qu’ils aient l’âge pour participer, mais on ne peut plus les renvoyer chez eux maintenant. En tout cas, ils ont tous survécu au voyage, c’est pas mal.
— C’est tout ? Pas de nouvelles des Marches ou des Îles ?
— Aucune. Mais ils ne devraient pas tarder, ces cons adorent soigner leur entrée, tu sais bien, grogna Erik.
 L’archer au crâne rasé, excepté une longue tresse huilée et natté avec soin, souffla dans ses mains pour les réchauffer en marmonnant. L’autre archer, qui était son frère jumeau répondant au nom d’Arik et qui arborait la même coiffure, grimaça.
— L’attente dure un peu trop longtemps, cette année. Les esprits d’échauffent, et l’alcool n’aide pas. Il y a eu une autre rixe tout à l’heure, j’ai cru que ces deux guerrières allaient s’entretuer. A ce rythme-là, il ne restera pas grand-monde pour participer…
 Heimdall eut un petit rire, et rajusta sa propre fourrure pour tenir tête au froid glacial, ses longs cheveux noirs voletant sans discontinuer face au vent.
— Tu exagères, mon frère. Et puis, un rassemblement sans quelques morts, sera considéré comme raté. C’est la tradition.
— Et moi, je commence à en avoir marre de celle qui consiste à se peler les roustons dehors alors que les autres sont bien au chaud dans la Grand-Loge, pesta Erik.
— Ah, ça, l’élite garde toujours ses roustons au chaud. Au moins, elle aura une descendance.
— A propos de descendance, il en a une, le grand con qui t’accompagne ? Orsk, c’est ça ? Parole, s’il se reproduit, je prierai les Dieux pour que ses gamins n’atteignent jamais l’âge de nous rejoindre. La stupidité, c’est héréditaire – et deux fois pire la génération suivante.
— Rassure-toi ; au vu de sa tête et de sa galanterie légendaire, le Dragon avalera sa queue avant qu’il ne se trouve une femme – sa propre queue. Je sais qu’il est… Disons…
— Con comme une meule, cherche pas à faire dans le lyrisme, grommela Erik. Laisse ça aux bardes.
— … Peu éveillé au niveau de l’esprit, mais c’est un sacré cogneur. Assez bon pour que j’aie accepté d'endurer sa compagnie, en tout cas. Il sera utile, il fera sa part.
— Ouais, enfin, s’il se fait pas méchamment botter le train avant. Hormis la rixe de tout à l’heure et une ou deux autres, il est à chaque fois de la mêlée, et une partie du campement le déteste déjà. Tu peux pas le calmer un peu ?
— Je ne suis pas sa mère ou sa femme, Arik. Les Dieux m’en gardent.
— Laisse les Dieux où ils sont, et empêche-le au moins de trop picoler ce soir. On est de garde, on a pas envie de ramasser le cadavre du type qu’il démolira s’il s’échauffe trop.
 Heimdall lui tapota l’épaule avec commisération, alors qu’une certaine agitation se faisait soudain entendre à quelques mètres d’eux, au niveau des grandes barrières de bois qui encerclaient la cour.
— Ah, je crois qu’on a d’autres arrivants. J’espère que l’encre des gars du recensement n’a pas eu le temps de geler.
 Le guerrier brun s’avança en même temps que les jumeaux et d’autres curieux, afin de voir qui venait d’arriver à une heure aussi tardive. Sans doute pas les Marches, qui préféreraient arriver en plein jour, à leur avantage, et pile à l’heure pour le déjeuner. Se tordant le cou pour apercevoir les nouveaux venus par-dessus l’épaule de quelques solides gaillards du Nord aussi massif que des ours, Heimdall eut la surprise de voir qu’il n’y avait qu’un seul nouvel arrivant – une, d’ailleurs. Une jeune femme que, pendant un instant, Heimdall cru voir en feu, avant de cligner des paupières pour se rendre compte que l’arrivante possédait simplement une longue crinière rousse qui chatoyait sous la lueur orangée des flammes environnantes. Présentement, elle avait l’air contrariée, et elle maintenait sa main gauche solidement plaquée sur son flanc droit. Heimdall y aperçut une large tache sombre, qui ne signifiait qu’une chose ; des ennuis en chemin.
— Elle est toute seule ? demanda Erik.
— Ouais. Et elle est blessée. Dix sacs que son clan ou sa compagnie se sont fait décimer en amont. Ou alors, elle a fait le voyage seule.
— Tenu.
 Laissant les jumeaux à leur pari, Heimdall fendit la foule en direction de la nouvelle arrivante, déjà assaillie de questions, intrigué. Il espérait sincèrement qu’elle avait voyagé seule, et qu’ils n’auraient pas des morts à déplorer avant même l’ouverture officielle des festivités.
— Nom ? Clan, Compagnie, Allégeance ? demandait déjà Luark, préposé au recensement aujourd’hui, et qui avait déjà noté tellement de noms qu’il semblait éreinté et complètement absent.
— Chimère. Compagnie Flamboyante – Jeune.
 Luark écrivit avec application puis releva les yeux vers elle. Il y eut un instant de flottement, avant qu’il ne semble enfin s’apercevoir que la dénommée Chimère était seule, et en mauvais état.
— Euh… Et où est le reste de la compagnie ?
— Morte dans la montagne. Je suis la seule survivante.
— Ah. Euh… Bon… On enverra quelques gars les chercher.
— Inutile, sauf si vous voulez bouffer de l’ours fourré aux écervelées, s’agaça Chimère. Des ours les ont tuées et partiellement dévorées, j’ai tué les ours. Fin de l’histoire. Je peux entrer, ou je dois attendre de m’être vidée de mon sang ?


A suivre...





Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/120033498@N03/
Honqann

Honqann

Nombre de messages : 997
Age : 29
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 21/06/2012

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptySam 15 Fév 2020 - 9:48

Je n'ai pas encore lu ton texte - mais vu ceux que j'ai lu, je n'ai pas de doute que je vais aimer - mais je suis contente de pouvoir dire : Ouiiii ! J'ai vu les photos de cette merveille sur Insta !! Elle est à tomber !
Revenir en haut Aller en bas
celynette

celynette

Nombre de messages : 15076
Localisation : en orbite dans le Turtle...
Date d'inscription : 10/11/2008

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptySam 15 Fév 2020 - 18:18

avec l'allure qu'elle a et sa couleur de cheveux, évidemment qu'elle va faire une arrivée remarquée, j'ai pas encore eu le temps de lire je l'ai vu passer sur FB elle est superbe.
Revenir en haut Aller en bas
http://celynettecreations.jimdo.com/
Nano

Nano

Nombre de messages : 4638
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 16/03/2017

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptySam 15 Fév 2020 - 19:00

Alors ça c'est une sacrée entrée!!! Elle a du caractère ta superbe guerrière!! Encore une histoire qui va me passionner, ce premier chapitre est génial amour
Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-mademoiselle-nano.weebly.com/
Haruko

Haruko

Nombre de messages : 140
Age : 28
Localisation : Lorraine-Metz
Date d'inscription : 13/12/2009

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyDim 16 Fév 2020 - 20:07

Ohlàlà ! Je suis super fan, elle a l'air super badass ! Son costume est trop cool
Plus je vois de Bianca et plus je me dis que ce moule a un super potentiel, la tienne est vraiment belle

J'attends la suite de l'histoire ^^
Revenir en haut Aller en bas
CreepyBunnYy

CreepyBunnYy

Nombre de messages : 2181
Age : 40
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 01/07/2007

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyDim 16 Fév 2020 - 20:31

Elle est sublime... Et quel caractère ^^ Et quelle force surtout si elle a tué tous les ours à elle toute seule Oo
Revenir en haut Aller en bas
http://www.chibi-neko.fr/
Aki

Aki

Nombre de messages : 921
Age : 34
Localisation : Brest-même
Genre : Minéral
Date d'inscription : 06/09/2008

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyDim 16 Fév 2020 - 22:21

J'aime le roux, j'aime cette ambiance de paisible camaraderie, j'aime la badassitude, j'aime ce côté viking...
Revenir en haut Aller en bas
StarGazingWaterDragon

StarGazingWaterDragon

Nombre de messages : 683
Localisation : Au pays de Gaston Phoebus
Date d'inscription : 25/02/2019

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyLun 17 Fév 2020 - 13:37

Ah la vache, tu as commencé très fort ^^ Fantastique ! J'adore ! Maintenant tu as la pression pour que ça continue aussi bien daisy Chimère est parfaite quoiqu'un peu dénudée pour la météo enneigée décrite mais peut-être qu'elle a une température élevée comme les loups-garous ? Ce n'est qu'un détail, en fait je pense que j'adorerais la voir avec une lourde cape en fourrure sur les épaules ^^.
Revenir en haut Aller en bas
https://cherryparadise.skyrock.com/
NingyouMoumoku

NingyouMoumoku

Nombre de messages : 2289
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/08/2010

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyMar 18 Fév 2020 - 1:18

Woow elle dégage une aura tel un gladiateur !
Vraiment dément l'outfit d'ailleurs oO. Genre démentiel quoi !
J'apprécie grandement l'univers de l'histoire, je vais planter une tente !
Revenir en haut Aller en bas
MamzelleCulotte

MamzelleCulotte

Nombre de messages : 2883
Age : 24
Localisation : St-Gilles et les sardines (85)
Date d'inscription : 04/09/2010

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyJeu 20 Fév 2020 - 18:40

Du coup après m'être tapé le texte deux fois, je plussoie fortement ce nouvel univers  amour
Et toujours pareil, j'en croquerai bien un bout de la Chimère. Puisque les ours n'y ont pas eu le droit !
Revenir en haut Aller en bas
http://thegreenfish.deviantart.com/
Ladicius

Ladicius

Nombre de messages : 9193
Age : 28
Localisation : Angoulême
Date d'inscription : 13/05/2009

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyJeu 5 Mar 2020 - 23:50


Réponse aux commentaires :

Spoiler:
 



A mon grand regret, le personnage principal (pour l'instant) n'est pas encore présentable, mais qu'à cela ne tienne, le chapitre deux est prêt, et le troisième en cours d'écriture avec une surprise à la clé. Je m'amuse énormément à écrire cette histoire, j'espère que vous l'apprécierez aussi !



~ Chapitre II : Fais attention où tu mets les pieds ! ~









•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Dsc_2046

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Dsc_2047

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Dsc_2045






Les curieux rassemblés s’écartèrent précipitamment alors que Chimère franchissait la barrière d’un pas décidé, la main toujours pressée contre son flanc. Deux dagues dans leurs fourreaux battaient ses hanches, et un grand arc de chasse se trouvait dans son dos. Derrière elle, Luark se grattait la tête, manifestement indécis sur la marche à suivre quant à la déclaration de la perte de toute une compagnie – moins une survivante.
— Il y a vraiment eu un tel carnage ? s’étonna Erik, aux côtés d’Heimdall. Avec des ours ? Je croyais qu’on avait chassé tous ceux dans le périmètre immédiat.
— C’était la Compagnie Flamboyante Junior, argua Arik. Une bande de gamines inexpérimentées qui auraient mieux fait de rester chez elles. Les montagnes ne sont pas tendres à cette époque de l’année, beaucoup des jeunes ne réalisent pas que le voyage jusqu’ici constitue la première épreuve.
— La rouquine qui vient d’arriver a l’air de l’avoir pigé, elle, rétorqua Erik. Et en plus, ça lui fera moins de concurrence, si toutes ses consœurs broutent désormais les pissenlits par la racine.
— Un peu de respect pour les morts, grinça Heimdall. Plus qu’une contrariété, c’est extrêmement dommage d’avoir perdu autant de jeunes d’un coup. Ils sont la relève, je vous le rappelle.
Aux plus forts la gloire, aux plus faibles le désespoir. Si ces gamines sont mortes, c’est parce qu’elles n’étaient pas à la hauteur. Chaque année, on perd des jeunes, et tu le sais. C’est simplement inédit que ce soit autant d’un coup, et au sein d’une même compagnie, rétorqua Arik.
— En tout cas, j’aimerai pas être le pauvre type qui va devoir porter le message à la Compagnie Flamboyante Senior. Elle va l’avoir assez mauvaise, fit Erik.
Heimdall laissa les jumeaux tergiverser, et s’éloigna de quelques pas, la boue détrempée du sol adhérant de façon fort désagréable à ses bottes. Il était pensif, et décida de couper court à ses interrogations en allant directement se renseigner à la source, c’est-à-dire la dénommée Chimère, présentement occupée à détailler les lieux pour la première fois en essayant de ne pas paraître impressionnée – tous les jeunes faisaient ça lors de leur première visite. Heimdall se rappelait avoir été lui-même un parfait crétin, et fanfaron avec ça, il n’y a pas si longtemps d’ailleurs, lorsqu’il avait mis les pieds en ces lieux pour la toute première fois. Il y avait des choses qui ne changeraient jamais.
— Bonsoir, fit-il en s’approchant d’elle. Est-ce que ça va aller ?
— Et pourquoi ça n’irait pas ? répondit-elle d’un ton sec, sur la défensive.
— Tu viens de perdre toute ta compagnie, et tu as l’air assez amochée. On a vu mieux, comme bonne journée, non ?
La jeune femme se détendit imperceptiblement, même si l’œil exercé d’Heimdall la vit tressaillir une ou deux fois. Rester occupé et en rogne pour repousser la douleur, ça aussi, c’était un vieux truc que tout le monde connaissait.
— Le plus dur est passé, répondit-elle, évasive. Si j’avais voulu me lamenter, je serai restée en haut, jusqu’à ce que je subisse le même sort.
— Je ne remets pas ton bon sens en doute. Tu as un référent ici, ou tu es seule ?
Chimère lança un rapide coup d’œil alentour, indécise. Heimdall devina qu’elle hésitait entre mentir et sauver les apparences, aussi trancha-t-il à sa place :
— Je ne t’interroge pas dans le but d’aller rapporter comme un bon chien. C’est simplement pour savoir si tu as besoin d’un coup de main.
— … Je suis seule, au vu de la tournure des évènements. Celle qui aurait dû nous servir de référence ici n’a plus de tête, à l’heure actuelle.
Elle avait dit cela d’un ton presque badin, et le guerrier s’interrogea un instant sur les capacités de résilience de cette jeune femme – et des faits à l’origine de cette résilience.
— Je peux t’indiquer des guerrières aguerries qui seront ravies de te prendre sous leur aile pour la durée du…
Chimère montra les dents, et Heimdall se rendit compte juste quelques secondes trop tard de ses paroles malheureuses.
— Je ne suis pas un poussin qui a besoin d’une aile protectrice. J’ai tué deux putains d’ours en pleine nuit en réussissant l’exploit de ne pas me prendre un arbre en pleine face dans cette foutue forêt, je crois que je peux m’occuper de moi de façon convenable.
Heimdall leva une main qui se voulait apaisante, contrit.
— Excuse-moi. Je voulais simplement t’aider à trouver des sœurs expérimentées qui pourront te renseigner au mieux sur les événements afin que tu puisses en profiter de façon convenable – et la plus sécurisée possible.
Chimère haussa les épaules.
— On verra. Je suis plus intéressée par du matériel de soin et un bain ou quoique ce soit d’approchant pour le moment. Je me préoccuperai plus tard de me faires des copines – ou pas.
— Eh bien, ça, je peux y pourvoir, si tu veux.
Ce fut à ce moment-là qu’Orsk interpella Heimdall d’une voix tonitruante et déjà rendue un peu pâteuse par l’alcool, lui demandant avec toute la poésie dont il était capable – c’est-à-dire strictement aucune – si Heimdall « s’était déjà trouvé une femelle avec qui forniquer pour passer le temps ». Chimère se retourna d’un bloc, les yeux étincelants, et Heimdall la prit par le bras pour précautionneusement l’entraîner dans la direction opposée, pas bien certain qu’il était sage de laisser un Orsk presque ivre et une jeune femme déjà extrêmement remontée s’échanger des politesses. Chimère se laissa entraîner mais dégagea brusquement son bras, et Heimdall n’insista pas.
— Ce sanglier est un ami à toi ?
— Je ne dirai pas ça. Tout au plus aura-t-il droit à ma miséricorde s’il faut l’achever proprement un jour.
— Laisse-le parler de moi encore une fois de cette manière, et ce jour arrivera bientôt.
Avec un sourire en coin, Heimdall entraîna Chimère hors de la cour, vers les champs occupés par les baraquements Est. Au fur et à mesure qu’ils s’en approchaient, ils croisèrent de plus en plus de femmes, la plupart regardant passer Heimdall avec un air désapprobateur voir méfiant.
— On dirait qu’elles vont te sauter dessus. Je croyais que la Grand-Chasse était pourtant assez… Souple quant à la mixité, fit sarcastiquement Chimère.
— Et c’est vrai, pour ce qui est des épreuves et des rassemblements, tout le monde est traité de la même façon. Mais pour des raisons évidentes, il est fortement conseillé de ne pas aller se promener du côté des baraquements du sexe opposé en pleine nuit. Du moins, pas officiellement, à la vue de tous. Si tu as un rendez-vous galant – ou quoique ce soit qui implique de retirer ses vêtements – tu es censé le faire discrètement, et si possible en zone neutre. Les baraquements sont faits pour dormir, ce ne sont pas des lupanars.
— Oh. Étrangement, le couple qui a l’air très affairé dans le buisson à cinq mètres derrière toi n’a pas l’air au courant.
— Le problème avec les règles, c’est qu’une partie ne sait pas les lire, une autre partie ne sait pas les comprendre, et la dernière partie s’en balance totalement.
— Curieusement, je n’avais aucune crainte de m’ennuyer ici.
Heimdall eut un petit rire, alors que Chimère se déridait un peu. Ils étaient à peine arrivés au niveau du grand bâtiment central du champ Est qu’une ombre furtive se dressa soudainement devant eux, comme sortie de nulle part. Il s’agissait d’Ahambra, une grande guerrière à la peau sombre et cuivrée, redoutable et redoutée spécialiste du lancer de couteau. L’une de ses armes de prédilection se trouvait d’ailleurs dans son poing, poing orienté vers le bas, assez bas pour frôler une partie de l’anatomie d’Heimdall sur laquelle il comptait potentiellement pour profiter, un jour, d’une descendance.
— Bonsoir, Heimdall. En petites sacoches ou en porte-bonheur après retrait, tes couilles ? demanda aimablement Ahambra.
— Salut, Ahambra. Je me suis laissé dire qu’elles seront très bien là où elles sont d’habitude et que, au vu de tes capacités de travailleuse du cuir, il serait risqué pour toi d’essayer de fabriquer quelque chose qui ressemble de près ou de loin à une sacoche sans offenser le Protecteur des artisans. De fabriquer quelque chose tout court, en fait. Sans offense, bien sûr.
— Bien sûr. Donc, je suppose que tu as une excellente excuse pour te trouver là où tu ne devrais précisément pas être, surtout en pleine nuit ?
— Tout à fait. Elle s’appelle Chimère, elle vient d’arriver, c’est sa première fois et elle est blessée. Et elle est juste à côté de moi, au fait.
Ahambra les jaugea tous les deux, puis rengaina son couteau d’un geste si vif que Chimère sursauta et cligna des yeux. La guerrière lui tendit une main franche, faisant onduler sa multitude de longues nattes serrées, qui dégageaient son front haut et son visage volontaire, entre deux âges.
— Bonsoir, Chimère. Tu confirmes ses dires ?
Chimère lui serra la main avec une fermeté dénuée d’hésitation qui parut plaire à Ahambra, et acquiesça.
— Tout à fait. Vous pouvez lui laisser ses burettes. Vous coupez vraiment celles des hommes qui s’aventurent ici ?
— Disons que c’est mon principal slogan pour tenir éloignés les emmerdeurs et autres imbéciles en rut de la zone. Quoique, le dernier que j’ai dissuadé devrait pisser un peu trop à droite durant les prochains jours. Mais ne va pas croire que les autres sœurs ne peuvent pas se défendre. Au contraire, j’évite le bain de sang général en jouant les sentinelles avec quelques autres femmes.
— Et nous te remercions tous pour ton dévouement, Ahambra. Je te laisse montrer les lieux à Chimère pour qu’elle s’installe et se soigne, et je m’en vais retrouver pacifiquement les autres mâles, on s’entend ?
— On s’entend. Oh, et ne passe pas près du gros bosquet en rebroussant chemin, Aylane y est en embuscade et elle tient vraiment à se faire des sacoches, elle.
— Que les Dieux soient remerciés pour ta prévenance.
D’un bon pas, Heimdall retourna donc dans la grande cour, regrettant de ne pas avoir davantage pu interroger Chimère. Cette histoire de compagnie décimée le travaillait plus qu’il n’aurait voulu l’admettre, aussi décida-t-il d’aller s’en ouvrir à Dhün, un compagnon en qui il avait toute confiance. Pas le genre très bavard, mais qui savait écouter – une qualité appréciable.
Dhün était installé près de l’un des feux, occupé à empenner des flèches avec une précision et une rapidité de l’habitude qui présageait des tirs tout aussi bons. Il travaillait vite et bien, le visage penché sur son labeur, sans se préoccuper de toute l’agitation qui l’entourait – un exploit. Heimdall vint s’asseoir à côté de lui, la pensée qu’ils devaient offrir un saisissant contraste tous les deux le traversant fugacement. Heimdall était aussi grand que Dhün était petit, doté d’une musculature aussi épaisse qu’il était mince, à la limite de la maigreur, et les cheveux aussi longs que ceux de Dhün étaient ras, le laissant chauve, à l’exception d’une petite tresse ornementée très fine, qui serpentait souvent entre ses omoplates. Pourtant, les deux hommes s’entendaient bien, et étaient habitués à travailler ensemble – rien n’exceptionnel, mais cela méritait tout de même d’être noté, dans un monde où ceux qui se ressemblaient avaient une forte propension à toujours se rassembler.
— Salut, Dhün.
— Salut, Heimdall.
Le grand guerrier brun regarda un instant les doigts de son compagnon s’agiter sur les empennages de ses flèches, puis il demanda :
— Qu’est-ce que tu penses de la présence d’ours très agressifs dans le coin, alors qu’on est censés les avoir tous chassés dans le périmètre ? Surtout à cette période de l’année, où la moitié d’entre eux roupillent encore ?
Dhün prit son temps pour répondre, passant ses doigts sur les plumes, les lissant avec un soin méticuleux.
— J’en dis qu’il y a peu de chance qu’un ours se montre amical quand tu lui tombes dessus, surtout à la sortie d’hibernation. Ils ont les crocs.
— Je ne prétends pas le contraire. Mais la petite qui est arrivée tout à l’heure a dit…
Le visage anguleux de Dhün se fendit d’un léger sourire – son maximum, d’après l’expérience de son interlocuteur.
— La petite ? T’étais un jeunot tout pareil qu’elle il n’y a pas si longtemps que ça, Heimdall. Et moi aussi.
— Ah, mais les temps ont changé. On est des hommes faits, à présent, il paraît, sourit Heimdall en croisant les bras. On a fait ce qu’il fallait pour ça. Laisse-moi me prendre de temps en temps pour une vieille barbe, ça me fait oublier que j’étais un parfait crétin cabochard il y a encore pas si longtemps que ça.
— Je comprends. J’étais aussi con que toi, après tout. La seule différence maintenant, c’est que toi, tu l’es toujours.
Les deux hommes rirent, puis Dhün mis de côté la flèche qu’il venait de terminer, en en prit une autre.
— Et qu’est-ce qu’elle a dit, cette petite ?
— Que toute sa compagnie a été décimée et partiellement dévorée par des ours, pas bien loin d’ici. C’était la Compagnie Flamboyante – la jeune. Toute une compagnie qui se fait tomber sur le râble par des velus sans voir venir le danger… Et qui ne survit pas. Ce n’est pas très banal.
Dhün haussa les épaules.
— Toutes les jeunes compagnies ne se valent pas. Celle des Mains Rouges, tous leurs gamins sont aussi cons que des pelles à purin sans manche, par exemple.
— Tu marques un point. Mais la Flamboyante nous a toujours habitués à des gamines débrouillardes. Pas toujours fines, mais costaudes et expérimentées.
— Alors la petite a très bien pu zigouiller ses tendres sœurs dans leur sommeil, et ensuite les filer aux ours. Ça lui fera moins de concurrence. C’est un moyen comme un autre.
— Je ne pense pas. Je ne crois pas à cette hypothèse.
Dhün eut l’air amusé.
— Parce qu’elle est jolie et en détresse ?
— Parce qu’elle avait l’air sincère et un peu paumée, andouille. J’ai assez côtoyé de menteurs et de vipères pour savoir reconnaître un tricoteur quand j’en vois un. Et ce n’est pas pour rien qu’on me demande trop souvent de me farcir les interrogatoires…
— Paix. Je plaisantais.
Les deux hommes regardèrent le grand feu crépiter quelques instants, puis Dhün lâcha :
— Elle n’est pas jolie, alors ?
— Ah, tu fais chier.
L’archer ricana, un son un peu étrange, un peu gauche, qu’Heimdall avait entendu rarement, et qui lui tira un sourire, avant qu’il ne redevienne sérieux.
— Bon. Cette histoire d’ours. J’ai plutôt pensé à…
— A des change-peaux, termina Dhün.
— J’en déduis que tu es d’accord avec moi ?
Son compagnon haussa les épaules.
— Peut-être. Peut-être pas. Pourquoi est-ce qu’ils s’en prendraient à une bande de gamines simplement en route pour leur initiation ?
— Je ne connais pas les motivations des change-peaux, et surtout de ceux qui ont passé trop de temps sous la peau de leur bête. Mais ce que je sais, c’est qu’ils ne sont pas admis ici, et que ça leur est toujours resté en travers de la gorge.
— Et donc, tu penses qu’ils ont massacré des gamines juste pour se venger.
— Qui peut savoir ? Regarde-nous, on n’est pas des change-peaux, mais on est capables de se torgnoler à n’en plus pouvoir et de s’envoyer des fions pour des motifs extrêmement futiles. Plus rien ne m’étonne.
— La bêtise et la barbarie, ce sont deux choses différentes.
— Mais elles vont souvent de paire.
— Surtout avec l’alcool.
Heimdall soupira, et Dhün s’attaqua à une autre flèche.
— Tu as fait part de ton idée à cette petite ?
— Pas eu le temps. Je l’ai conduite aux baraquements, j’ai pensé qu’elle avait plus envie de se soigner et de se décrasser que de répondre aux questions d’un type qu’elle ne connaît pas. Je réessaierais plus tard… Si elle veut bien.
Dhün émit de nouveau le petit chuintement qui ressemblait à un rire.
— J’allai te dire qu’on ne peut rien refuser à Grand Ours, comme on t’appelle, mais ça ne marchera probablement pas sur elle si elle apprend ton surnom…
Heimdall leva les yeux au ciel, et se pencha machinalement sur le côté pour esquiver un hanap volant, probablement lancé par quelqu’un de bien imbibé – il espéra que ce n’était pas Orsk. Le hanap alla heurter la tête d’une guerrière, qui se leva d’un bon en empoignant sa hache, furibonde, et qui demanda en vociférant qui était le fils de truie qui se prenait pour un lanceur. Laconique, Dhün lâcha :
— Tout le monde est vraiment excité, cette année.
— L’attente est trop longue. J’ai parlé aux gars ce matin, je pense qu’ils vont organiser quelques jeux en attendant, histoire de canaliser les esprits et éviter qu’ils ne s’échauffent trop. L’ennui rend le guerrier idiot.
— Oui, ça et le vin. Mais c’est un peu différent cette année.
— Toi aussi, tu le sens ?
Dhün fit tourner son trait entre ses longs doigts, le scrutant comme s’il espérait trouver des réponses dans les plumes qu’il venait d’y fixer.
— Les vieilles barbes sont inquiètes. Un peu. Je les vois sans cesse marmonner et faire, refaire leurs prédictions. Elles ont l’air de penser que ce ne sera pas une année comme les autres.
— Et qu’est-ce que tu en penses, toi ?
— Que les vieilles barbes s’inquiètent toujours trop.
Heimdall eut un léger sourire.
— Ce n’est pas faux. Mais il se pourrait qu’elles aient raison, cette fois. Je ne saurai dire quoi, mais il y a quelque chose dans l’air. Prévois plus de flèches, mon frère, car il se pourrait que nous en ayons tous besoin.


A suivre...








Dernière édition par Ladicius le Ven 6 Mar 2020 - 1:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/120033498@N03/
Tigrou.v

Tigrou.v

Nombre de messages : 2482
Age : 29
Localisation : Nouvelle-Calédonie
Date d'inscription : 22/10/2010

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyVen 6 Mar 2020 - 1:18

Alors d'abord, les photos sont superbes. La custo est splendide.
Et puis l'histoire, que dire de plus que j'ai super mega hâte d'avoir la suite . Je suis toujours aussi accro est tes écrits.


Dernière édition par Tigrou.v le Ven 6 Mar 2020 - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
celynette

celynette

Nombre de messages : 15076
Localisation : en orbite dans le Turtle...
Date d'inscription : 10/11/2008

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyVen 6 Mar 2020 - 8:50

bon ayé ! j'ai tout lu. j'adore le texte. Les répliques sont terribles, j'ai adoré le passage où Heimdal accompagne Chimère. Je sens qu'il n'est pas indifférent à ses atouts et cette histoire de maroquinerie... excellent. Bon ça met le ton direct...
Revenir en haut Aller en bas
http://celynettecreations.jimdo.com/
Haruko

Haruko

Nombre de messages : 140
Age : 28
Localisation : Lorraine-Metz
Date d'inscription : 13/12/2009

•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• EmptyVen 6 Mar 2020 - 11:47

Je confirme, c'est vraiment super, tout à fait le genre d'histoire que j'adore lire !
C'est tellement chouette que c'en est frustrant de pas avoir la suite ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty
MessageSujet: Re: •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•   •[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]• Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
•[La Grand-Chasse] Danser avec les tonneaux ou lutter [P.2]•
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Télécharger Le Pacte (Seeking Justice) 2012 [DVDRIP MD][FR] (Avec Nicolas Cage)
» De retour a la maison avec toi (PV Riku) (Hentaï ) (terminer)
» [FREE] Destination finale 4 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel Celeste :: Ball Jointed Dolls en résine :: Vos BJD - galeries des membres-
Sauter vers: